AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ] Ven 1 Jan - 23:29

Dark like …
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Noir abyssal, comme la voûte céleste plongé dans la nuit qui s'étendait par delà l'horizon infini et qui ne se terminait jamais. Abyssal comme un trou sans fond dans lequel on peut tomber à tout moment, à chaque faux pas. Abyssal comme la vie, longue ou courte, qui se devait de terminer un jour ou l'autre dans le néant de la mort. Abyssal comme les ténèbres voraces qui hantent à jamais le coeur d'un meurtrier conscient. Abyssal comme chaque fantômes tenaces qui vous suivent jour et nuit dans l'espoir de vous entraîne dans leur supplice. Abyssal comme les pensées qui vous harcèle sans cesse. Abyssal comme l'absence de lumière dans ses ruelles sinistres. Noir Abyssal comme cette lumière latente, celle qui attend que l'obscurité malfaisante se retire dans son château pour enfin prendre sa place. Noir abyssal qui peignait les ruelles sombres autour d'Alric.

Noir grisâtre comme ce métal solide qui, à la fois sert d'arme sanglante et de défense bienfaitrice. Grisâtre comme la semi - obscurité qui attaquait la lumière lorsque la lune osait pointer le bout de son nez le soir. Grisâtre comme la lune crevassé qui nous fournis une légère sensation de lumière de sa présence subtile qui pourtant, transperce l'obscurité ambiante de part en part. Grisâtre comme les ombres mouvantes que reflétait le magnifique couché de soleil orangé qui revient sans cesse, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, année après année, décennie après décennie, siècle après siècle, millénaire après millénaire. Grisâtre comme les murs d'habitation façonné avec adresse par d'habile artisan. Noir grisâtre qui peignait tous les bâtiments l'entourant dans ses ruelles sinueuses.

Noir bleuté comme la chemise envoûtante qui recouvre le ciel éclatant lorsqu'il s'apprête à devenir abyssal comme les ruelles. Bleuté comme l'eau opaque qui s'étendait sur des surfaces encore incalculable de la planète. Bleuté comme toute la vision terne qu'ont les poissons de la vie sous - marine. Bleuté comme l'immense baleine qui suit les chemins ardue des tumultes incessants de la mer. Bleuté comme le crémage très appétissant d'une magnifique gâteau de mariage. Bleuté comme l'univers qui se continue à l'infini, qui chaque année nous révèle d'autre mystère alléchant et qui parait des plus éternels. Noir bleuté comme la peinture qu'ornait le ciel en ce moment au - dessus de la tête d'Alric.

Noir sombre comme les vêtements agités par un vent féroce à peine levé. Sombre comme l'âme errante à la recherche d'une vengeance sur terre. Sombre comme les pensées démentielles d'un psychopathe que l'on a enfermer dans un asile. Sombre comme le lien puissant qui unissait jadis un couple, lien qui s'est rompu. Sombre comme la haine inépuisable qu'éprouve un gamin envers un meurtrier sanguinaire qui vient de tuer ses parents de sang froid. Noir sombre comme la couleur qui peignait la veste et le pantalon de l'historien.

Noir corbeau comme la lueur dansant dans les yeux de l'homme solitaire au milieu des ruelles. Corbeau comme l'oiseau solitaire qui venait de prendre la fuite, s'envolant dans un craquement sonore à l'approche de l'inconnu. Corbeau comme le loup qui se promenait silencieusement dans la forêt à la recherche d'éventuelle proie pour nourrir sa petite famille. Corbeau comme les cheveux de son ancien père, aussi identique à ceux de sa soeur. Corbeau comme la terreur permanente que l'on pouvait lire facile dans les yeux d'un mendiant sénile, peur d'espérer qu'un autre demain n'arrive pas comme il devrait le faire. Corbeau comme l'évocation pure et simple de l'enfer devant une foule vouant une foi aveugle envers la vie. Noir corbeau comme la couleur qui peignait le paysage.

Noir translucide comme une fenêtre teinté ne laissant passé que la lumière. Translucide comme l'eau qui embrouille la vision jusqu'à se perdre dans ce monde flou de mensonge et de manipulation pour enfin laisser entrevoir une minime bribes de vérité en ce qui concerne la véritable laideur du monde. Translucide comme le mensonge lamentable d'un amateur trop confiant qui essaie de piéger un expert. Translucide comme une fumée épaisse qui couvre un objet. Noir translucide comme l'ombre agitée qu'il venait de voir au coin de la rue, lui indiquant indéniablement qu'il n'était pas seul dans ce monde de noirceur.

Le cri aigu qu'il entendit par la suite le fit sursauter, il était plongé dans ses pensées depuis déjà un moment. Aigu ... une fille sans aucun doute, du moins les hommes qui pouvaient seulement espérer avoir une telle voix était des plus rares. Il accéléra subitement le pas. Dieu seul sait ce qui s'était passé, mais pourquoi passer comme s'il n'avait rien entendu alors qu'il pouvait peut-être avoir une personne dans le besoin à proximité. Travailler jusqu'à cette heure l'avait endormit et il ne pouvait nier que sa fatigue avait ralentit ses réflexes. Il avait réagi environ trente secondes après le cri, lamentable. Il devait trouver un moyen de travailler moins, où du moins plus tard, car présentement autre chose occupait ses pensées. Le noir certes, mais aussi ce cri étrange. Il tourna le coin de la rue puis regarda à l'horizon. À la lueur des lampadaires, il n'y avait rien. Il se mit à marcher lentement dans la rue, le son de ses pas était le seul bruit environnant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Little Child of the Sky

Messages : 32
Date d'inscription : 08/11/2009
Localisation : Sur une poussière de l'univers (..)

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
11/250  (11/250)
~ Don: Faire aparaître de la Lumière

MessageSujet: Re: Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ] Dim 24 Jan - 13:12

L'air ship avait fait une escale à Anthalys, surnommée le quartier Mal Famé. Lorsque la nuit vint déposer l'obscurité sur la ville, Mayu sortit pour pouvoir découvrir ce milieu alors que ça lui était interdit, mais elle ne savait pas pourquoi. Elle se laissa guider par le hasard, une rue à droite, une autre ruelle vers la gauche, une place, une fontaine jusqu'à l'épuisement de ses pauvres jambes. Elle se dirigea vers une auberge, déconseillée pour son age mais peu importe du moment qu'elle puisse s'abreuver.

L'établissement se situait en bas d'un petit immeuble de trois étages. Lors de son entrée, tout les clients cessèrent leurs bavardages pour analyser l'adolescente qui n'aurait pas due se trouver à une heure aussi tardive dans un endroit tel celui-ci. Toutes les tables étaient occupées, il ne restait qu'une chaise libre au fond de la salle à coté d'une jeune femme. Elle s'assit donc à cette place. La jeune femme portait une toge indigo, plusieurs bijoux en argent. Il était impossible de voir ses jambes et ses pieds, juste était visible ses bras et son visage. Il était plutôt fin, des yeux verts grands ouverts observant la jeune personne en face d'elle, des cheveux blonds ondulés qui descendaient jusqu'à ses hanches. Elle prit la main de Mayu, tout les bruits, les discussions qu'elle entendait s'arrêtèrent pour que l'on ne puisse entendre que la voix cristalline de la femme. Elle cita quelques mots.


"Danger - Agresseurs - Combat - Alric Sema - Cousin"

Elle prit une grande inspiration et tout redevint normal. Elle se présenta à Mayu comme si rien ne s'était produit, ou alors elle avait déjà oublier. Elle se décrivit comme une voyante, une vrai, pas une de ses vielles femmes qui peuvent dire tout ce qu'elle veule tant qu'on leur donne de l'argent. Puis, face à l'attitude interloquée de Mayu, elle lui demanda si elle lui avait fait part d'une vision, seule excuse possible. L'adolescente acquiesça et lui redit ses mots. Alors la voyante interpréta:

"Quand tu vas sortir de cette endroit, tu chercheras à rentrer dans ton vaisseau. Mais des hommes te suivront, et même en courant de toute tes forces, tu ne les sèmera pas. Ils te feront du mal mais quelqu'un viendra. Et sans le savoir, enfin jusqu'à maintenant, il t'aidera. Et il s'agit de ton cousin"

Elle paya et partit.

Mayu resta assise et pensa pendant plusieurs minutes. Un serveur lui apporta un verre d'eau, la seule boisson autorisée pour les mineurs sinon alcoolisées. Elle enfila le verre cul sec et avant que le serveur ne revienne pour qu'elle lui paye l'addition, elle s'enfuit par l'entrée de derrière.
Elle chercha son chemin, n'importe quel chemin qui lui mènerai au port, n'importe quel chemin qui lui empêcherait de penser autant. Elle pensa que dès qu'elle serait rentrée, elle oublierait cette histoire.

Sans s'en rendre compte, un homme la suivait, elle se retourna, soupira et reprit son chemin. Tout semblait coïncider. Elle commença à accélérer le pas. Un autre homme rejoignit le suiveur. Elle courut. Eux firent de même. Alors, de toute l'énergie qui lui restait elle s'enfonça dans la ville, ne pensant plus à retrouver son chemin mais juste à arriver à distancer ces types qui étaient maintenant quatre. Elle percuta un cinquième homme. Ne pouvant plus tenir, elle cria.

Personne n'arriva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ] Jeu 28 Jan - 2:14

My dear.
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Ce fut à l'autre coin de rue qu'il vit ce qu'il voulait vraiment voir. Du moins, il ne souhaitait pas du mal à quelqu'un, mais il souhaitait aider la personne qui avait crié. On ne crie jamais pour rien, du moins, on serait fou alors. Au début, ce fut les cinq grands gaillards qui attirèrent son attention. Soucieux de ne pas se faire repérer il se plaqua contre le mur et regarda plus attentivement. Impossible ! Mayu ? Qu'est - ce qu'elle faisait ici, avec cinq hommes en plus. Il a dû lui arriver malheur, dieu seul sait combien elle peut être maladroite parfois. Il ne pouvait tout de même pas la laisser ainsi, ça serait totalement irresponsable. Or il échafauda un plan à la vitesse de la lumière. Comme toujours c'était complètement insensé, cinq contre un, eux ils étaient armés qui plus est. M'enfin, on est suicidaire ou on ne l'est pas.

Rapide comme l'éclair il sortit de sa cachette et les armes de grands types volèrent vers lui en lévitation, ce qui leur arracha bien certainement une certaine surprise. Pour l'instant il avait l'avantage. Les armes retombèrent au sol un peu plus loin. Lui il vacilla, mal à la tête. Quoi de plus normale, cinq objets simultanément, c'était un peu trop apparemment. Une roche qui traînait par terre, celle qu'il n'avait pas cessé de regarder depuis le début en songeant à son utilité se souleva et fracassa le crâne de l'homme qui retenait Mayu. Le sang qui s'épandit dans les cheveux de l'écrouler le dissuada de viser cet endroit à nouveau. Cette fois, il visa le ventre des autres, faisant bien attention à ne pas toucher Mayu.

À peine ont - ils bougés, quatre se sont écroulé sur le sol, un de ceux - ci essayant vainement de se redresser, car Alric écrasa violemment le caillou sur son dos. Il n'était pas si gros, de la grosseur d'un poing au final, mais ça faisait tout de même son effet, ce qui comptait. Le dernier s'enfuit à toute jambe en voyant ses camarades tombés au combat. Un petit sourire en coin apparut aux lèvres de l'historien. « Seul contre les imbéciles » c'était sa devise. Il s'approcha de sa cousine et la serre contre son torse. Une main sur la nuque de celle - ci, l'autre dans le bas de son dos. L'odeur de sa cousine était toujours aussi bonne, décidément il devrait lui demander son parfum un jour. Bien sûr il savait fort bien que ce n'était pas la préoccupation principale d'un pirate, mais tout de même. Après l'avoir serré contre lui, il la laissa respirer un peu en l'écartant doucement pour voir ses yeux.

- Tu vas bien Mayu ? Tu n’as rien ? Je suis heureux de te revoir, malgré les circonstances un peu étrange, tu devras m’expliquer ça. (Figure stricte) Plus tard, viens on va aller un peu plus loin. (Sourit à nouveau)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ]

Revenir en haut Aller en bas

Dark, like the black painted sky [ PV : Mayu ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Quartier Mal Famé ~ :: Sombres Ruelles ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit