AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar


Messages : 287
Date d'inscription : 12/12/2009

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
224/250  (224/250)
~ Don: Métamorphe > Loup, Panthère, Chat... Mraaaw ?

MessageSujet: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan] Sam 16 Jan - 17:55

Haaa, l’hiver… On avait beau dire mais une fois que la nuit était tombée, la température abordait aisément des températures des plus frigorifiques… Et puis cette neige, qui n’arrêtait pas de tomber sans relâche ! Pas qu’il n’aimait pas ça mais tel qu’il était en ce moment, ça lui était particulièrement désagréable. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’actuellement, notre cher pirate avait adopté sa mini-forme féline, pour plus de discrétion. En bref : un chat, quoi. Tout ça parce quand il était parti de chez lui en début d’après midi, le ciel était dégagé et la température tout à fait supportable du fait du grand soleil resplendissant qui y dardait joyeusement ses rayons. Mais le temps s’était vite gâté, et maintenant qu’il s’était trop éloigné de chez lui, pas moyen de faire retour en arrière histoire d’aller chercher quelque chaude de plus couvrant que le simple sweat qu’il avait enfilé à la va-vite en quittant la pièce bordélique qui lui servait de studio. Seulement voilà, il ne comptait pas retourner à Anthalys pour une simple histoire de manteau oublié, alors qu’il avait prévu une mission de reconnaissance cette nuit en vue d’un prochain acte de piraterie de sa part ! Puisqu’il avait la possibilité de se métamorphoser en un animal recouvert d’une chaude fourrure, autant en profiter… D’autant plus qu’il n’en serait que plus discret ainsi, camouflé sous les traits d’un innocent & banal chat au pelage d’un noir d’encre et aux prunelles dorées. Sauf qu’il n’avait pas prévu que la neige se mettrait elle aussi de la partie – NB : penser à se renseigner sur la météo la prochaine fois qu’il prévoyait une longue sortie nocturne – et qu’en conséquence de cela il se retrouvait à patauger dans un froid tapis blanc qui lui montait jusqu’en haut des pattes. Et ses coussinets gelés lui en voulait, cruellement. Encore heureux que sa moumoute de poils le protégeait efficacement du blizzard et des désagréables rafales de vent qui soufflaient par intermittence.

Il ne devait pas être loin de minuit à présent, et il errait toujours dans les rues sans but précis, sachant qu’il avait encore une marge de temps libre assez conséquente avant d’avoir à se consacrer sur le pourquoi de sa venue ici, à Macalania. Plus grand monde n’arpentait les rues, et la plupart des maisons devant lesquelles il passait étaient sombres, démontrant que leurs occupants dormaient déjà. Le silence était presque total, et la neige qui étouffait les sons ambiants y était peut-être pour quelque chose, recouvrant toute la cité d’un doux – mais froid – voile de blancheur. De temps à autre, tandis qu’il se fondait aisément dans l’ombre, il croisait quelques bandes de personnes plus ou moins en état d’ébriété avancé, se rendant à une soirée ou quelconque autre évènement, ou bien rentrant chez eux. L’espace d’un instant, il saisissait quelques mots & éclats de rires d’un extrait de conversation volée, puis tout redevenait silence et il se retrouvait seul. Cela n’était pas plus mal, notez, car la solitude ne lui était pas de mauvaise compagnie mais voilà : Il connaissait Macalania comme sa poche – depuis le temps qu’il arpentait ses rues ! – et, n’ayant rien de bien particulier à découvrir, s’ennuyait ferme… las, il lui fallait un peu d’activité, bon sang ! Pourquoi aucune bagarre n’éclatait-elle à côté de lui ? Pourquoi tout semblait aussi calme, cette nuit ? C’en était d’un blasant…

Un carré de lumière soudain attira son attention alors qu’il en était là, ruminant ses pensées noires, et il s’arrêta un instant pour observait ce qu’il en était. Une porte venait de s’ouvrir, libérant dans l’atmosphère refroidie une partie de l’ambiance joviale et accueillante qui semblait y régner à l’intérieur, et la personne qui y entrait à l’instant l’avait mal refermée. Une auberge ? Gericko leva les yeux vers l’enseigne au dessus de la porte et l’inscription qui y était gravée en lettres dorées lui confirma ce qu’il pensait. A défaut d’action – ce n’était pas un bar, ni même une taverne après tout – il y trouverait tout de même un peu de chaleur, et peut-être quelques choses intéressantes à glaner au fil de ce qu’il pourrait y entendre, non ? Il s’y dirigea sans plus y penser davantage, et se faufila souplement par la porte entrebâillée.
L’intérieur était très simple : Le hall d’entrée donnait sur l’escalier qui devait mener aux chambres, tandis que la pièce principale s’ouvrait en grand sur sa droite. Quelques tables disposées ça et là, une cheminée ronflante dans un coin et un immense bar qui mangeait tout un mur de la pièce. La salle, loin d’être comble, était tout de même peuplée par une bonne quinzaine de personnes attablées au tour d’un bon repas ou discutant près du feu, ou encore buvant le dernier faire au comptoir avant de monter sagement se coucher… Tout cela était on ne peut plus convivial et, à première vue, ne comportait que très peu d’intérêt pour le chat qu’il était. Bah, maintenant qu’il était rentré… tant pis, il y restait, voilà !
Gericko traversa la pièce en trottinant, sinuant entre les tables, pour finalement arriver jusqu’au comptoir. Deux des trois personnes qui y étaient se levèrent alors pour quitter la salle, et un jeune homme blond se retrouva alors seul assis là, tournant le dos aux autres personnes de la pièce. Il effleura ses jambes tandis qu’il passait sous son siège puis, prenant son élan, sauta sur le tabouret voisin du sien, sans considération aucune pour le fait qu’il n’était rien qu’un chat, pas un client de l’auberge. Mais le patron de ladite auberge – sans doute celui derrière le bar en ce moment – semblait être une bonne personne. Assurément, il ne refuserait pas l’hospice à un chat égaré (et très propre sur lui !) le temps de quelques heures, n’est-ce pas ? Il se roula en boule sur le siège qu’il s’était approprié sur ces pensées-là, et entreprit d’observer avec curiosité ce qui l’entourait, ses grandes oreilles à l’affût d’une quelconque bribe de conversation croustillante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 31
Localisation : Entre le Ciel et la Terre

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
123/500  (123/500)
~ Don: Peut manipuler la foudre

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan] Sam 16 Jan - 22:28

Il faisait bien froid ce jour là...où plutôt cette nuit là. Yolan avait du mal à avoir la notion du temps de par cette météo capricieuse... Il n'avait pas de montre et le ciel lui cachait toute lumière pouvant lui indiquer un quelconque indice. De toute façon, cela faisait une éternité qu'il marchait, il n'en pouvait plus et la neige commençait à devenir sérieusement épaisse, rendant la marche encore plus pénible.
S'en était trop : Il fallait qu'il se repose !
De plus, son sac à provision ne contenait plus assez de vivre pour se permettre de continuer, une escale s'imposait donc dans tout les domaines. Il serait risquait et insensé d'aller plus loin et il le savait.
D'un bref coup d'œil, il commençait à chercher dans la rue un endroit susceptible de l'héberger : et il ne mit pas longtemps à le trouver.
La chance était avec lui car en effet, au bout de la rue, on pouvait apercevoir ce qui, à première vue, ressemblait à une auberge. Ni une ni deux, Yolan se mit à courir sans réfléchir jusqu'à ce point de chaleur tant souhaité ! Arrivé devant la porte, il jeta un regard sur la pancarte doré qui se trouvait au dessus de sa tête : "Auberge".

"A la bonne heure !! Haha"

Du bout de ses doigts, rougis par le gel intense qui y régnait, il poussa la porte et pénétra dans le hall d'entrée. Tellement soulagé et enthousiaste d'avoir trouvé un endroit accueillant pour la nuit, il en oublia de fermer la porte...
Il s'approcha du guichet, prit une chambre auprès de l'aubergiste qui l'invita à aller prendre ses aises dans la salle se trouvant sur sa droite.
Manifestement, c'était l'heure du repas du soir au vue des quelques personnes qui se régalait du festin servit dans cette salle.
Mais Yolan, bien trop épuisé par sa journée, et ne sentant pas d'humeur à se mêler à la foule, il décida de se mettre au comptoir, de prendre une collation avant d'aller se coucher.
Assis en face du bar, fixant le verre de chocolat chaud, pour se réchauffer, qu'il venait de commander, Yolan se remémorait toute son éreintante journée : il avait marché, couru, nagé, affronté le froid et combattu des monstres pour arriver ici.

"Aaaaaah enfin un peu de repos... Finalement, la journée se termine bien..."

Détendu par le confort qui lui été offert cette nuit, il commença à se renseigner auprès du Barman sur le but de son périple :

"Excusez-moi monsieur, je suis à la recherche d'un dragon aux yeux rouge en forme d'étoile, ca vous parles ?"

L'homme lui répondit alors avoir entendu parler d'un monstre rôdant dans la forêt de Nabudis avec "des yeux en forme d'étoile du Nord couleur sang" mais il ne sut en dire plus.

"La forêt de Nabudis ? Aussitôt que ce temps ne sera calmé, je me mettrai en route !"

Yolan se mit alors à réfléchir sur l'organisation de son prochain voyage... A ce moment, les deux hommes à côté de lui se mit partirent de leur côté.

"Tant mieux", se disait-il, "je serait plus tranquille pour réfléchir qu'avec ces deux là qui parle"

Un long silence s'installa, très agréable pour le jeune homme en pleine concentration sur ses projets, tellement qu'il ne prêta pas attention à cet effleurement qu'il sentit sur sa jambe à ce moment...
C'est d'ailleurs à ce moment que le Barman se rapprocha de Yolan et lui dit :

"Puis-je me permettre de vous poser une question, monsieur ?"

"Bien sur..." répondit-il, sans vraiment écouter, trop occupé à réfléchir à ses prochaines actions.

"C'est votre chat ?"

"Bien sur que non... qui voudrait voyager avec un... ATTENDEZ !! Vous avez dis quoi ?!"

L'homme lui fit un signe du doigt, comme pour lui indiquer une direction. "Ca" venait de l'endroit où se trouvait les deux hommes un peu plus tôt...
Yolan tourna alors sa tête, curieux de se qu'il allait trouver... Un monstre ? Un dragon ? Une chimère ? Non cela allait être pire que tout se qu'il avait imaginé... Tous les vices de l'enfer lui paraissait infime comparé a "ca" :

"AAAAAAAH !!!"

Un chat !!! Quel horreur !!! Comment était-il arrivé là ?!! Qui était le type qui avait ramené "cette chose" sorti de la bouche de Sin !!! Surpris et dans un mouvement de panique, Yolan fit un bon en arrière, propulsant involontairement par la même occasion son verre en direction du félin couleur cendré. Il accoura dans toute la pièce, cherchant s'éloigner le plus possible de cette immondice, se mit contre le mur, le tabouret en avant, tel un bouclier de fortune, trop effrayé pour faire un quelconque mouvement, attendant la réaction du chat, avec un peu de chance, il allait partir comme il était venu... Mais cette agitation soudaine ne l'avait pas fait partir pour autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 287
Date d'inscription : 12/12/2009

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
224/250  (224/250)
~ Don: Métamorphe > Loup, Panthère, Chat... Mraaaw ?

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan] Lun 18 Jan - 6:32

La réaction de l’inconnu aux cheveux blonds valut tout l’or du monde.

Tandis que l’aubergiste, qui avait finalement prit conscience de la présence du minou noir dans la pièce principale de son auberge demandait au jeune homme s’il était à lui, ce dernier mit un certain temps à réagir complètement. Il laissa échapper un grand cri, à la limite du hurlement, en apercevant le calme regard doré qui se posait nonchalamment sur lui et Gericko se reçut soudainement un verre en pleine gueule alors que l’autre s’éloignait d’un bon. Surpris, trempé par un liquide chaud et fleurant le chocolat – encore heureux que le verre n’avait pas été jeté avec assez d’élan pour venir s’exploser sur lui, sino il ne répondait plus de rien – le métamorphe se leva d’un bon en feulant, avant de sauter du tabouret d’un bond souple. Son « agresseur » s’était réfugié tout au bout de la pièce en tenant contre lui un tabouret, les pieds en avant comme s’il tenait là une arme redoutable prête à embrocher quiconque s’approcherait de lui un peu trop près. Peur des chats, peut-être ? Ça semblait être la conclusion logique à tout ceci, après cet enchaînement aussi brutal que soudain de petits évènements.
Gericko s’ébroua avec vivacité avant de faire une brève toilette pour essayer de se débarrasser au plus vite de tout ce désagréable chocolat chaud qui lui collait au poil mais justement… c’était chaud.
Dans la salle, autour des deux fauteurs de troubles, le silence était parfaitement total. Toutes les conversations avaient rompus net lorsque l’inconnu avait poussé son cri de terreur et l’attentions ainsi que le regard de chacun étaient à présent fixés sur eux. Certains fixaient le jeune blond avec un sourire moqueur – non mais avoir peur d’un simple chat, j’vous jure ! – tandis que d’autres étaient simplement curieux de voir la suite des évènements, et attendaient patiemment ce qui allaient se passer.
Pourquoi le chat n’était-il pas parti ? Les félins fuyaient pourtant l’agitation en règle générale, alors pourquoi lui restait-il ici après s’être rendu responsable d’un soudain mouvement d’action et reçu un projectile dans sa tronche ?
Tout simplement parce qu’il voulait s’amuser.
Mais ça, personne ne pouvait le comprendre, bien entendu. Car pour que ce soit le cas, il aurait fallut qu’au moins l’une des personnes ici présentes sache qu’il n’était à la base rien d’autre qu’un humain provisoirement camouflé sous l’apparence d’un matou ébène. Ce qui était, bien entendu, complètement impossible.

Enfin. Il semblait bien que Gericko venait de se trouver un passe-temps on ne peut plus agréable – divertissant, tout du moins – en attendant de devoir ressortir dans le grand froid sibérien qui régnait au dehors.
Vous ne devinez pas ?
Mais si. Un peu d’imagination voyons !
Le Pirate comptait simplement embêter un peu celui qui semblait avoir une frousse bleue des félins de son genre. Lui qui craignait de s’ennuyer, tout à l’heure… Voilà qu’il était servi, et au-delà de ses espérances même !
Le petit chat noir qu’il était bâilla après avoir terminé sa toilette, puis balaya la salle d’un regard curieux et incompréhensif. L’air parfaitement innocent, comme s’il n’était pas le moins du monde responsable de tout ce qui venait de se produire. Puis il fit mine d’aviser soudainement l’étranger, toujours acculé contre le mur avec son tabouret serré contre lui – à croire qu’il voulait l’épouser ! – et laissa échapper un petit miaulement qui aurait fort bien pu passer pour une interrogation : « Qu’est ce qu’il se passait ? Qu’est ce que l’autre faisait là avec son tabouret ? » Il n’avait rien fait pourtant, si ?
Eh bien il n’allait pas tarder à y remédier.

Gericko traversa la pièce en trottinant tranquillement, se dirigeant évidemment vers ce type qui l’amusait bien. Son comportement était tout à fait celui d’un chat allant retrouver son maître, et passerait sans nul doute pour tel malgré la négation que le blond avait opposé à la question de l’aubergiste quelques instants avant le « drame », à savoir si ce chat lui appartenait. Car après tout, pourquoi un matou se comporterait-il comme ça envers un humain sinon qu’il ne le connaissait pas déjà plus que bien, hein ?

Second miaulement de sa part, comme s’il était ravi de retrouver enfin son cher maître. Alors qu’il arrivait à portée des dangereux pieds du tabouret pointé en avant, il sinua en dessous avec souplesse et rapidité, voulant éviter de se prendre un coup puisque visiblement tout ça était là pour l’empêcher de passer. Mais un misérable morceau de bois, même manié par une main experte, ne valait rien contre les réflexes d’un chat et sa facilité à éviter les projectiles. Enfin… Nuançons tout de même le terme : uniquement les projectiles auxquels il s’attendait. La preuve avec le verre de chocolat chaud de tout à l’heure…
Une fois passé cette dangereuse barrière, le petit chat se mit à ronronner et vint se frotter aux jambes de celui qui était toujours un parfait inconnu pour lui, faisant soudain preuve d’un grand amour pour sa personne. Levant la tête vers lui, il lui jeta un regard tout plein de l’affection qu’un chat peut porter à son maître. Regard dans lequel on put cependant bien vite y déceler une étincelle moqueuse à l’intention du blond. Gericko avait hâte de voir sa réaction !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 11/01/2010
Age : 31
Localisation : Entre le Ciel et la Terre

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
123/500  (123/500)
~ Don: Peut manipuler la foudre

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan] Mar 19 Jan - 20:16

[désolé j'étais pas trop inspiré pour le coup u_u]

Adossé contre le mur, pétrifié de peur face à ce Cerbère "version félin", Yolan ne se décidait plus à faire un mouvement. Pourtant, il le faudrait bien tôt ou tard. Ça commençait à roussir par ici : En effet, le barman, qui lui avait posé la question un instant juste avant le drame, exprimait un regard faisant clairement part de son doute quant à la réponse du jeune homme. Si cela continuait ainsi, il allait avoir des problème et se retrouver à la porte.

Tandis qu'il cherchait un moyen de se tirer de là, il se mit à fixer le chat... ce chat... ce maudit chat... C'était pas normal, n'importe laquelle de ces créatures seraient loin avec tout le raffut... mais celui là...

"Grrr t'es bien décidé à m'en faire baver pas vrai ?" murmura-t-il au félin.

Son regard doré exprimait la défiance, une défiance et une taquinerie que Yolan ne pouvait affronter. C'est alors que soudain, alors que le jeune homme s'apprêtait à partir calmement, en faisant le tour de la salle contre le mur, le tabouret comme seul moyen de défense : le chat eu l'envie spontané de se rapprocher de Yolan. Bon sang, cette journée aura été vraiment horrible !!!! Il ne put bouger tout de suite, sans doute trop tendu par la situation et ne voulant brusquer la bête. Le chat se ramena auprès du garçon, si prêt qu'il se sentait plus ses bras... apparemment bien trop stressé pour tenté quoi que ce soit au point d'en être paralysé. L'immonde félidé vint si proche, si proche encore et il finit par arriver aux jambes de Yolan, se frotta à lui. C'est sans doute à ce moment là qu'il réalisé que c'était "ca" qui l'avait frôlé pendant sa réflexion tout à l'heure ! Pris d'un soudain mouvement de panique, de la même ampleur que celui précédemment, tout en réalisant que le chat avait une attitude contraire à la normal (ce qui encore une fois risquait de lui attirer des problème auprès de l'aubergiste.), Il jeta en l'air le tabouret, enjamba le chat et se mis à courir vers sa chambre, sans prendre en compte s'il le suivait ou non. Prendre ses jambes à son cou était sans doute la seule solution pour éviter le problème !! Il monta les escaliers et prit la direction de sa chambre, devant le regard perplexe du guichetier. Une fois arriver devant la porte, il l'ouvra, pénétra sans plus attendre, et la referma d'un coup sec.

"Enfin...aaah... aaah... aaah... sauvé..."


Du moins, il l'espérait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 287
Date d'inscription : 12/12/2009

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
224/250  (224/250)
~ Don: Métamorphe > Loup, Panthère, Chat... Mraaaw ?

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan] Ven 22 Jan - 9:17

Quoi, il partait déjà ? Pff… Quel rabat-joie ce type, vraiment ! Gericko commençait tout juste de s’amuser, et voilà que l’autre type se cassait de la salle en courant comme s’il avait le diable aux trousses, balançant le tabouret en l’air avant de prendre ses jambes à son cou. Tabouret qui par ailleurs retomba dans un grand vacarme au sol, dans le lourd silence qui suivit la fuite du jeune blond. Puis quelques gens se mirent à pouffer, discrètement, et l’atmosphère descendit d’un cran. Seul problème à présent, c’était que l’aubergiste posait sur lui un regard beaucoup trop appuyé à son goût, & soupçonneux de surcroît. Il ne comptait tout de même pas le jeter dehors maintenant, hein ? … Si ?

L’air toujours aussi candide, le matou s’étira paresseusement. Pratiquement plus personne ne pensait à lui : les gens avaient repris le cours de leur conversation d’avant l’incident, et ceux qui justement en parlaient semblaient avoir oublié que l’un des protagonistes se trouvait encore dans la salle. Hormis l’aubergiste, malheureusement. Gericko décida de ne pas lui prêter attention et s’approcha près du feu, pour se réchauffer. Mauvaise manip : Le chocolat chaud dont son pelage était imbibé se mit à durcir, le sucre qu’il contenait se coagulant sous l’effet de la chaleur. Il pesta intérieurement, sachant qu’il ne lui restait plus qu’une chose à faire : trottinant vers la sortie, il se mit à miauler devant la porte qui, cette fois, était close, et le gérant n’en fut que très ravi de venir la lui ouvrir en grand.
Une fois dehors, il se roula dans la neige bon gré mal gré. C’était pour l’instant le seul moyen de se débarrasser de cette crasse, à moins de sauter dans un baquet d’eau. Mais de un, il n’en avait pas à portée de lui et de deux, son apparence féline lui insufflait tout de même quelques comportements qui allaient de pair avec. En bref, étant tel qu’il était présentement, son aversion pour l’eau l’aurait quoi qu’il en soit empêché de faire ce que le Pirate souhaitait faire. Aussi devait-il se contenter de ce contact glacé contre sa fourrure noire.
L’affaire fut vite pliée, et le chat se retrouva dehors, seul, et sans plus aucune occupation à portée de patte. Dommage que la scène, dans l’auberge, se soit terminée si vite !
Une idée lui monta alors à la tête. N’avait-il pas aperçu, en quittant l’auberge, quelque chose des plus intéressants abandonné sur le comptoir du grand bar ? Il lui semblait bien que le blondinet, dans sa peur, avait oublié là son sac de voyage. Hehe…

Gericko reprit forme humaine tandis qu’il n’y avait aucun passant en vue, et poussa la lourde porte de l’auberge avant que ses vêtements un peu trop légers pour la saison ne fussent imbibés de neige. Pénétrant dans la pièce principale, il alla directement voir le barman lui demander une chambre pour la nuit. Et ce qu’il espérait ne manqua pas de se réaliser : Après lui avoir indiqué le numéro de sa chambre, son interlocuteur désigna le sac abandonné du bout du doigt tout en demandant au jeune homme s’il aurait la bienséance de le ramener à son voisin de chambrée lorsqu’il monterait se coucher, car ce dernier l’avait malencontreusement oublié lors d’un petit incident, tout à l’heure. Incident qu’il ne manqua pas de lui raconter avec force détails et qui arracha un sourire amusé à Gericko, lequel accepta de bon cœur ramener le sac à son propriétaire, et même tout de suite puisqu’il était très fatigué et qu’il allait monter dormir immédiatement.
Se saisissant donc de l’objet sous les remerciements de l’aubergiste, il sortit de la pièce et grimpa les escaliers. Arrivé sur le pallier, il repéra la bonne porte et s’y dirigea tranquillement, marquant un arrêt devant. Frappant quelques coups léger du dos de la main, il attendit patiemment.

Ne restait plus qu’à voir si le blond de tout à l’heure percevrait l’aura féline qui émanait de lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan]

Revenir en haut Aller en bas

La nuit, tous les chats sont gris ! (Ou pas) [PV - Yolan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Macalania ~ :: Auberge ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit