AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un maître et une disciple en difficulté [Abban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar


Messages : 658
Date d'inscription : 03/09/2009
Localisation : Au Temple

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
301/500  (301/500)
~ Don: Invoque une chimère de Glace : Garm

MessageSujet: Un maître et une disciple en difficulté [Abban] Mar 19 Jan - 16:14

Maître Bahlan avait depuis déjà plusieurs jours fait preuve d'un mécontentement fort poussé en ce qu'il s'agit de ses finances. Le groupe des invocateurs du Temple mais aussi les doyens avaient créer une sorte de caisse commune où chaque mois les invocateurs devaient y céder une partie de leurs économies. Pour les plus avares ces quelques jours où il fallait verser la donne était sûrement la plus désagréable, mais la semaine suivante, les indemnités survenaient. C'était le moment qu'apprécié tous les invocateurs même ceux que l'argent n'attirent pas. Ces indemnités servaient aux déplacements des gardiens, à l'achat de nouveaux habits où bien d'autres choses encore. Ils pouvaient en faire ce qu'ils voulaient car les habitants de ce temple n'avaient à assurer ni la nourriture, ni le logement et toutes les contraintes qui s'accompagnent avec.

Seulement voilà, pour des raisons fortes étranges, ces temps-ci Maître Bahlan dépensait des sommes de plus en plus importantes. Au sein de la communauté, une sorte de mini- banque permettaient aux invocateurs d'emprunter lorsqu'ils étaient dans le besoin d'argent. Cela avait permis à certains de subvenir aux soins médicaux de leurs familles, car tous n'avaient pas totalement coupé les liens avec l'extérieur, bien qu'une majorité des doyens et des gardiens n'avaient plus de famille ou d'amis. Il faut avouer que leurs âges pour certains très avancés expliquer beaucoup de chose.
Cette mini-banque avait donc cessé de verser de l'argent au parrain de Lehas et Iku n'avait mis personne dans la confidence des sommes qu'il dépensait depuis maintenant plusieurs semaines. Étant très jeune et d'une puissance grandissante, les doyens avaient décidé de le garder, cependant Maître Bahlan avait une semaine pour rembourser l'intégralité de la somme, sinon il serait expulser du temple jusqu'à ce qu'il est tout rembourser. Seulement, à l'extérieur il fallait trouver un travail, et Iku était si bien à l'intérieur de ses murailles...où il n'avait qu'à faire travailler Lehas pour obtenir ce qu'il voulait.
N'ayant plus qu'une seule petite semaine, il avait râlé pendant bien 1 jour entier avant de se décider. Vers 2 heures du matin, il s'était rendu dans le quartier des femmes, il avait pénétré dans la chambre de Lehas sans complexe et cela silencieusement. L'invocatrice de son côté, ignorant qui s'était introduit dans sa chambre, se réveilla doucement et serra son arme prête à se défendre. Lorsqu'elle sentit le souffle de respiration dans son coup, elle sauta sur son assaillant, l'envoyant valsé à terre, se ruant vers lui, elle le menaça un couteau sous la gorge. Lehas, méfiante, tendit le bras et alluma la lampe de chevet. Elle avait manqué d'égorger son...maître. L'invocatrice se leva d'un bond, rangea son arme et s'excusa en s'inclinant. Iku se leva paisiblement puis analysa l'accoutrement de la jeune femme. Un débardeur noir moulant tombé jusqu'au début de cuisse de sa disciple, et un pantalon de couleur noir lui couvrait le bas du corps dévoilant partiellement la forme de ses fines jambes. Penchant la tête sur le côté, Maître Bahlan lança :


"Intéressant...Je t'aurai cru plus grosse...Et quelle généreuse poit..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Lehas déjà le poussait contre le mur de sa chambre.

"Quoi ?! , s'outra le maître puis retrouvant son sérieux il continua,Bon, je suis venu te demander d'aller à Anthalys...
- A 2 heures du matin...
- Et bien quoi ? J'ai bien le droit non ! Bon tu vas aller à la banque, là-bas, j'ai un coffre, je veux que tu y ailles avec cette clé et cette carte. Ils te laisseront accéder au coffre. Dedans il devrait y avoir suffisamment pour rembourser l'intégralité de ma dette...Alors si tu veux pas perdre ton maître, il vaudrait mieux se dépêcher.
- Je pars dès maintenant en ce cas
, répondit sans sentiment Lehas.
- Oh non, tu sais, tu peux partir que demain matin, et finir la nuit avec moi...Mais ? Quoi ?"

Lehas avait poussé son maître hors de sa chambre et avait lui fermé la porte au nez. Une demi heure plus tard, Lehas quittait le temple dans la nuit noire, sous les yeux de son maître si émue de voir une petite si dévouée à sa cause.

L'invocatrice arriva au petit matin à la capitale. Pourquoi l'envoyait-il toujours dans cette foutue ville ? Mais bon sang ? Pourquoi pas à Macalania ! Toujours est-il que Lehas du traverser la moitié de la ville pour arriver en son centre. Se dirigeant alors vers le centre de pouvoirs, Lehas se lança à l'assaut de la banque. La ville commençaient à reprendre sa vie du jour et les gens commençaient à circuler.
L'invocatrice passa les premières portes automatiques de la banque. Elle appuya sur le bouton afin d'en faire ouvrir les secondes portes de vitres. Un instant s'écoula, et Lehas put passer les premiers systèmes de sécurité. Maintenant elle devait passer sous le détecteur de métaux, et à nouveau des portes automatiques mais blindées. Le parcours se fit sans trop de difficulté, les deux gardes à l'entrée l'avaient regardé bizarrement et les deux secondes qui à l'arrivée du parcours la fusillaient du regard. C'était bizarre pourtant...Lehas portait des vêtements normaux.

L'invocatrice se lança sur le marbre brillant du hall immense de la banque. Des lustres d'or de grande beauté éclairaient l'intérieur de façon majestueuse. Les plafonds étaient peints par les plus grands artistes de Solralya représentant, l'empereur et sa richesse...Lamentable pensa Lehas. Alors son regard perçant se posa sur la banquière qui malgré le mal à l'aise qu'elle avait tenté de garder le sourire.


"Bonjours Madame ! Que puis-je faire pour vous ?
- Je suis venue pour accéder au coffre de Maître Iku Bahlan.
- Oui Madame, je vous demanderai de patienter là-bas, j'arrive immédiatement. Je vous demanderez aussi la carte d'identité du coffre ainsi que sa clé."


La jeune femme indiqua une porte de chêne ornait de magnifique myosotis qui permettait sûrement d'accéder à la salle des coffres et aux guichets. Car oui, les guichets étaient protégés par une sorte de vitre en plexiglas extrêmement résistant. Lehas s'avançant vers la porte. Un homme venait d'entré, ayant alors obtenu un garde à vous des gardes...Un militaire, pas bon signe pour la jeune femme, les militaires n'aimaient pas trop les invocateurs. Pressant doucement le pas, Lehas commença à traverser le hall lorsque quelque chose attira son œil. Un des gardes venaient de changer de position, et l'autre se tourner vers le bouton pour bloquer les issus. De l'autre côté la jeune banquière débloquait la porte et l'entrebâillait. L'invocatrice n'eut pas le temps même de comprendre ce qu'il se passait que les alarmes de sécurité se lancèrent, des rideaux de fer épais descendirent des murs pour boucher les issus, les portes se bloquèrent, et les huit hommes qui formait la sécurité du hall dégainèrent leurs armes, les pointant toutes vers les civils qui paniquaient. Un des huit gardes s'avança vers Lehas la forçant à se rapprocher des autres, un autre avait poussé la jeune employée derrière la porte de chêne lourd qui était en fait blindée, la pauvre femme pleurait déjà...L'invocatrice préféra obéir et rejoignit les autres civils qui formaient un amas de personne. Un des gardes de l'entrée leur ordonna de s'assoir. Et par malchance, car la journée avait trop bien commencé, Lehas se retrouva assise à terre à côté de ce militaire qui était rentré peu de temps avant...Il était commandant, la veine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 716
Date d'inscription : 25/10/2009
Age : 24
Localisation : En haut! En bas! A gauche! A droite!♫

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
0/700  (0/700)
~ Don: Invocation de Fenrir et contrôle des ténèbres.

MessageSujet: Re: Un maître et une disciple en difficulté [Abban] Mar 19 Jan - 19:41

Abban était là, assit à son bureau, s'occupant des papiers qu'il devait lire et classer. Ah lala, qu'est-ce qu'il détestait les petites nouvelles recrues! Pourquoi fallait-il que les jeunes hommes de plus de dix-huit ans ne s'inscrivent-ils pas tous en même temps? Tout les jours, il y avait trois de plus, et il fallait qu'il lise leur fiche, qu'il décide dans quelle catégorie les mettre, puis après mettre leur fiche dans un de ses trieurs. Il prit une fiche et la lu. Anthony Janquard... Allait-il être dans le groupe de Guillaume ou de Szayel? D'un gros neuneu ou d'un assassin? Telle est la question. Quand il vit qu'il y avait rien d'écrit dans la catégorie "arme maniée", il laissa échapper un soupire. Cet Anthony allait passer deux semaines d'entraînement avec Guillaume avant de rejoindre Szayel. Il allait devenir un assassin ou plutôt une sorte d'espion. C'était assez efficace. Le dernier espion qui s'était recruté dans l'armée avait trouver une petite cachette où se cachaient des pirates rien qu'en en suivant un discrètement. Ils se sont fait arrêtés et vont passer une bonne partie de leur vie à rouiller derrière des barreaux. Le commandant écrivit quelques mots en bas de la page avant de la ranger. Puis, il posa ses bras sur le bureau tout en fermant les yeux. Quelle heure était-il à présent? Il regarda l'horloge. Deux heures du matin... et pour une fois, il n'avait pas sommeil. A vrai-dire, il s'était prit un jour de congé avec tout les autres militaires, du coup, il a pût se reposer pendant toute une journée... bien qu'il a fallut qu'il s'occupe de ses enfants car Niji, la gouvernante, était partie pour une journée. Il laissa échapper un soupire comme à son habitude avant de se lever, prendre sa veste, sa casquette et sortir de la villa. Il avait aussi prit son épée. Peut-être ne serait-il pas trop discret dans la rue, mais au moins, il saurait se défendre si jamais quelqu'un l'agressait. Il traversa le grand jardin avant de faire un tour de quartier, ou plutôt aller faire un tour à Anthalys, au centre de pouvoir. Là il verra certainement quelques connaissances ou bien il trouvera le sommeil. Il croisa justement Guillaume qui se dirigea vers lui.

"Commandant! Quelle surprise de vous voir si tard dans la nuit!"
-Et je suis moi-même surpris de te voir, mon cher Lieutenant, dans la rue, en pleine nuit, alors que tu devrais être au lit...

Le blondinet sursauta en entendant cela. Il est vrai qu'il était trop jeune pour veiller tard, surtout qu'il devait entraîner des jeunes gens le lendemain. Il sautilla sur place avant de répondre:

"C'est que je dois aller chercher des koganes à la banque afin de payer le médecin..."
-Y a-t-il quelqu'un de malade chez toi?
-Oui, ma mère.

Abban laissa échapper un soupire avant de lui ébouriffer les cheveux.

"C'est bon, j'y vais à ta place. Tu risques de te faire agresser en pleine rue..."
-C'est bon mon commandant je peux y...
-Rentre chez toi, c'est un ordre. Je reviendrai chez toi te donner l'argent...
-Bien merci...

Puis, l'albinos partit en direction de la banque. Des gens entraient et sortaient du bâtiment. Il se demandait comment les civils pouvaient bien vivre, ne se rappelant plus du tout de sa précédente vie. Ses parents, qu'étaient-ils déjà? Marchands ou bien agriculteurs lui semblait-il. En tout cas il se rappelait bien qu'ils voulaient donner des noms unique en leur genre à tout leur enfant. Abbanadrël... quel nom long et pitoyable. Heureusement qu'à Bevelle on le lui avait coupé. Au début les maîtres foiraient avec son vrai prénom, mais tellement qu'au bout de trois ans ils avaient fini par l'appeler Abban tout court. Rien qu'en y pensant, il sourit. Il se rappelait de la fois où un maître l'avait appeler n'importe comment "Abbane.. non! Badrelna! Non pas ça encore euh...". Cela avait duré plus de trois minutes, cela ayant fait un magnifique spectacle pour tout les autres élèves qui allaient devenir plus tard des invocateurs. Même si son passé semblait être pour le moins assez joyeux, il ne voulait plus y repenser. Maintenant, il devait vivre le présent et penser peut-être au futur.

Abban entra. Des gardiens lui firent un garde-à-vous. Il passa devant eux, traversant ainsi le hall. Puis, quelque chose se passa assez vite. Quelqu'un poussa sur un bouton afin de bloquer les issus, des gens poussaient des cris, inquiets. Certains gardes sortaient leur arme et menaçaient les civils avec. Un cambriolage... c'est la seule chose que pu constater le commandant avant de se faire attraper par derrière par un homme. Un autre vint lui détacher son épée de sa sangle. Et bien sûr, il ne se laissa pas faire. Non, un bon coup de pied allait sûrement calmer cet homme. Et c'est ce qu'il fit. Mais son pied dans l'œil de l'agresseur semblait largement plus l'énerver qu'autre chose. D'ailleurs, après avoir voler l'arme à l'albinos, il l'arracha à l'assaillant avant de le jeter vers le groupe de personne. Malheureusement, Abban trébucha et tomba, se trouvant en position assise. On amena une jeune femme pour qu'elle s'assoit juste à côté de lui, étant un peu brusque avec elle -du moins, c'est qu'il pensait. Il se leva un peu, puis regarda les personnes avant de se tourner vers celle qui venait d'arriver avant de lui demander:

"Est-ce que ça va? Ils n'ont pas été trop brusques avec vous?"
*Dire que ça devait être Guillaume qui devait être dans cette position délicate... heureusement que je suis aller à sa place à la banque...*

Il regarde ensuite en direction d'un des cambrioleurs qui les surveillait. Etaient-ce des pirates? Certainement. En tout cas, ils allaient finir derrière les barreaux si jamais il reprenait son arme. Au pire, si il devait se battre et qu'il ne réussissait pas à récupérer son épée, il invoquera Fenrir...
________________________________

Alors, j'ai reçut 17 roses et j'en ai donné 22!
En 2010, je me suis fait kicker:
- 4 fois par Abby.
- 1 fois par Anastasia -mais ça a été demandé alors... XD
EDIT NANA// TOUT A FAIT! donc 0 Kick de ma part Razz
-1 fois par Tsubasa.

Merci à Guillaume pour le kit♥️ Et merci à Lyshaa pour le coup de fouet! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 658
Date d'inscription : 03/09/2009
Localisation : Au Temple

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
301/500  (301/500)
~ Don: Invoque une chimère de Glace : Garm

MessageSujet: Re: Un maître et une disciple en difficulté [Abban] Mer 20 Jan - 20:33

Ce fut assez étrange, ce commandant lui demande si elle allait bien, s'ils n'avaient pas été trop brusque avec elle. Que comptait-il faire ? Peut-être avait-il déjà repéré que Lehas était une invocatrice, et peut-être avait-il alors eut comme idée d'utiliser la chimère de cette jeune femme pour contrer ses ennemis. C'est une idée, pourquoi pas. Mais si elle utilisait sa chimère, elle risquait plus de les tuer...Et puis comment ce commandant avait-il compris qu'il avait à faire à une invocatrice, Lehas ne portait pas l'uniforme...Il fallait arrêter de penser, maintenant, il était temps de répondre. Ce qu'elle fit plutôt froidement d'ailleurs, mais cela était naturellement chez l'invocatrice.

"Merci oui, je vais bien, je n'ai pas à me plaindre contrairement à elle..."

Désignant la banquière qui se retrouvait à genoux devant les gardes qui lui demandait d'ouvrier une caisse, Lehas se questionnait. Était-ce l'argent qui les avaient poussé jusque là ?...Même si c'était la banque centrale, un tel acte était punis de peine capitale pour l'Empire, sans parler que si ce cher Empereur le décidait, c'était la mise à mort. Il fallait vraiment être dans le besoin pour s'attaquer à cette banque. Une chose cependant dérangeait Lehas. Comment les gardes...pouvaient-ils être en gardes. Paradoxale, oui, mais étrange. Les agents de sécurité des banques étaient très bien payés, et largement payés d'ailleurs pour ce qu'ils faisaient de la journée, sachant qu'ils touchaient une prime de risque. Donc soit ces gardes étaient des faux, soit ces gardes désiraient autre chose...Oui mais quoi ?

Un claquement de peau sortit l'invocatrice de ses pensées. Tournant la tête, elle put voir la jeune employée se faire giflés par l'un des gardes. La pauvre avait la joue qui rougit puis ses larmes s'amplifièrent. Comment pouvait-on ? Cet acte mis hors d'elle Lehas, sans parler que c'était sûrement à cause d'elle...à cause d'elle, bon sang ! Si elle n'avait pas demandé à ouvrir un coffre, la jeune employée serait cachée derrière ses vitres de plexiglas et n'aurait que faire de ces cambrioleurs. Se levant alors, Lehas cria à l'adresse de ses hommes violents qui menaçaient la jeune employée.


"Ne la frappez pas ! Elle n'a rien fait !
- Héhé, justement ma belle, c'est ça le problème, maintenant, repose ton joli petit cul, avant que je t'explose la tête !
menaça un garde qui s'approcha de Lehas et lui caressa la joue avec son arme à feu.
- Quel vulgarité...!"

Lehas n'eut pas le temps de finir sa phrase que le garde abattait son arme sur son visage. Lehas tomba de toute sa hauteur, se rattrapant sur les mains. Quelques petites gouttes de sang commencèrent alors à tomber sur le marbre reluisant de la banque. Le garde venait de lui frapper l'arcade sourcilière, une partie du corps qui saignait énormément. Relevant son visage, Lehas posa ses yeux glacial sur le garde, elle avait mal mais rien ne se lisait dans son regard qu'un défis et une envie de vengeance. Le sang continuait à déferler sur son visage. L'invocatrice inspira alors profondément, avant de demander un mouchoir au commandant. Mais quelle idée, comme si ce garde complètement malade allait laisser un militaire pioché dans sa veste. Alors l'agent de sécurité attrapa lui même un mouchoir de sa poche et le tendit à l'invocatrice avec son arme. Petite erreur...Lehas, au contact de l'arme, la gela discrètement. Aucune incantation, aucune invocation, juste un petit tour de passe passe que la jeune femme maîtrisait maintenant. L'arme n'affichait visuellement aucun symptôme de gel, mais Mlle Min avait bloqué l'engrenage de l'arme avec de la glace. Amusant, cet idiot d'homme ne s'en était pas rendu compte. Apportant, alors le mouchoir vers son arcade, elle pensa sa plaie, et souffla tout bas :

"Et d'une..."

Il lui fallait un peu de temps, mais si huit gardes, maintenant officiellement, il n'en restait plus que sept. Maintenant, peut-être avait-il de quelconques pouvoirs, mais en ce cas, Lehas se battrait à la loyal. La banquière ouvrit la première caisse et les malfaiteurs prirent tout l'argent contenue à l'intérieur. La pauvre jeune femme pleurait toute les larmes de son corps. Il fallait maintenant trouver une autre technique pour pouvoir atteindre les armes des autres hommes...mais comment, Lehas devait être en contact soit direct soit par l'intermédiaire d'un seul élément comme le corps, le sol, un vêtement, mais pas le tout groupé !

Une idée lui vient alors à l'esprit lorsqu'elle vit le commandant à côté d'elle. Elle se pencha discrètement vers lui et lui demanda :


"Vous qui êtes militaire, vous devriez connaître un moyen de les paralyser...Vous êtes bien commandant non ? Un homme comme vous doit avoir un sens de la tactique !
- Taisez-vous tous les deux !!
hurla le garde qui avait auparavant frappé la jeune invocatrice."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un maître et une disciple en difficulté [Abban]

Revenir en haut Aller en bas

Un maître et une disciple en difficulté [Abban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Centre de Pouvoirs ~ :: Ashland Bank ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit