AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar
Darker than white*

Messages : 214
Date d'inscription : 31/08/2009
Localisation : La où il y a de la place.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
94/500  (94/500)
~ Don: Invocation d'esprits jumeaux: Ki(ailes) et Ken(sabre).

MessageSujet: Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken] Mer 10 Fév - 20:48

La semaine s'était déroulée le plus simplement du monde, quoi de plus normal que 7jours de liberté total, sans travail, sans clients, sans horaires, sans patron, ... Et sans salaire. Non, finalement cette semaine devait se finir. Quelques jours en dehors du monde du bar devenaient rapidement invivables. Au début on pense "Cool, un peu de repos!" et on sort à la campagne pensant pouvoir se balader, se promener. Quelle blague! A la place on tombe sur un temple perdu, des invocateurs surpuissants et on fait des promesses à un guérisseur vieux comme la terre de Soralya...
    *Il faudrait que je retourne le voir d'ailleurs*

La jeune fille se retourna son sa couette et saisi doucement son bras. Son coude était définitivement guéri. Une blessure qui aurait du laisser une cicatrice et un handicap certain s'était dissiper comme si elle n'avait jamais existé. Comme si son combat, sa rencontre n'avait existé.
Une lumière claire et douce passait au travers du drap. La jeune fille ne voulait décidément pas se lever. Sa semaine de repos avait beau avoir été mouvementée, elle lui plaisait. Alors à quoi bon reprendre le travail?... M'enfin... Surtout ne pas trop y penser. Il restait tout de même un jour de liberté. Vingt-quatre petites heures de quartier libre.
    *Et si ...*

La matinée, déjà bien avancée, semblait l'inviter à une journée à flâner dans la haute cité. Le jeudi l'armée la réputation de ne pas trop sortir le nez dehors. Allez savoir pourquoi. Dans tous las cas ça laissait à Eather la possibilité de se marcher sans avoir un statu de Rebelle qui lui colle à la peau. Alors c'est parti. La jeune fille se leva de son lit, ses cheveux roux ébouriffés comme jamais. Elle déplissa sa chemise sur ses cuisses et se leva, s'arrachant douloureusement à la chaleur de ses draps. Elle se dirigea vers un buffet d'un style totalement démodé où trônait un bocal. Eather le secoua nonchalamment et fut ravie d'entendre le bruit de pièces s'entrechoquant. La journée ne sera peut-être pas faite que de flâneries.
Aujourd'hui, pantalon, T-Shirt orange, veste en jean provocante, chaussures massives, bracelets en tissu d'un côté et en or/argent de l'autre. Une sortie dans les beaux quartiers s'accompagnait toujours d'une tenu adaptée, bien que celle-ci lui ai coutée des mois d'économies. L'effet fut rapide, rien qu'en sortant de son immeuble, de nombreux regarde ce tournaient déjà. Eather sourit, fière et heureuse.
Elle fit le tour d'un nombre incalculable de magasins, de boutique chic. Parfumeries, habillements, bijouteries, tout y passait. Quelques vendeurs avaient posté leurs stands dans la grande rue. Ils vendaient des camelotes, leurs présences annoncé que l'armée n'était pas passée sinon ils auraient été plus vite expulsé qu'ils n'auraient installé leurs stands. L'un d'eux intéressa Eather. Il avait disposé des boucles d'oreilles d'apparentes donne qualité. Pourquoi ne pas se laissé tenter. L'une des paires, magnifiques, étaient des boucles pendantes suspendant des lunes en argents, et au bout une petite pierre bleu aux pépites dorées.
    "A combien les vendez vous, monsieur?"

Eather s'était efforcée de faire un charment sourire, chose que son vrais caractère n'aurait ne se serait pas permis, mais si une si petite chose que peu influencer un prix, pourquoi pas?
L'homme l'observa de haut en bas, admirant sans gène les courbes de la demoiselle.
    "Ah ah... Pour une si jolie jeune fille, je pourrais faire un rabais mais ces boucles ne sont hélas pas que de simple boucles. Elle valent très très chère, même pour votre plus beau sourire."

La jeune fille n'en cru pas ses oreilles. Cet homme lui avait tenu tête et si il y a bien une chose qu'elle hait c'est bien cela! Il allait le payer et plus cher que ses marchandises!...
Stop. Une chose étrange stoppa net Eather dans son emportement. Ignorant quoi mais une personne s'était glissée à ses côté. Allez savoir pourquoi mais sa présence perturba la jeune. Surement car cet étranger se trouvait du côté de la poche où dormait ses économies, mais pas seulement. Il pouvait aussi sagir d’un soldat en civil qui l’aurait repéré. La seule défense qu’Eather trouva suffisamment discrète et efficace fut la prudence. Tous ses sens en éveil elle tacha de ne plus détacher son attention de l’homme à ses côtés.

[Il y certainement beaucoup de fautes, je n'ai pas le temps de corriger ce soir... Désolée... =x=]
D'ailleurs mes prochains post ne seront pas aussi long]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 9
Date d'inscription : 01/02/2010

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
7/500  (7/500)
~ Don:

MessageSujet: Re: Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken] Lun 1 Mar - 0:49

La vie d'un pirate était... Comment dire... Mouvementée. Oui, voilà, c'est le bon terme, mouvementée. Ca n'arrête pas une seconde, les tirs, les pleurs, les gerbes de sang, les vols de sucettes à des enfants. Une vie trpidante en somme, me direz-vous.
Voilà donc le quotidien des pirates -miteux- qui n'ont rien d'autre à faire de la journée que faire pleurer des enfants en les titillants avec un bout de bois. Ce qui ne présente sans doute aucun interêt et ce pour personne, mais comme dit notre cher Alanos, toujours empli d'une infinie sagesse "C'est fun".
Ce jour-là, notre ami aux cheveux noirs s'amusait à faire reluire ses petits jouets de métal. Dans quel interêt ? Eh bien, histoire qu'ils ne s'enreillent pas en pleine pétarade. Histoire de marquer le coup, l'homme en question avait fait l'acquisition d'une petite brosse adaptée à tout types de canons. Ce qui était bien pratique pour retirer les résidus de poudres ou d'aciers coincés dans le canon. Pour finir tout ceci dans une farandolle de débilité, il s'aperçu d'une impureté sur son plus gros calibre... C'était fort ennuyeux, il porta donc le bout de ferraille à son oeil, le tenant étrangement par le gachette. N'importe quel inconscient ahurit sait que d'un, qu'on ne porte pas le canon d'un flingue sur son visage -Sauf cas suicidaires- mais surtout qu'on ne le tient pas par le gâchette pendant l'opération. C'est donc dans ce cas inévitable qu'il pressa la détente, sans vraiment s'en rendre compte et d'une manière machinale pour voir si l'impureté était belle et bien partit. Le coup partit tout seul et le bruit sourd de la détente et du canon, tout ça... La gerbe de flammes et les emmerdes qui vont avec.
C'est donc dans ce déluge d'âneries que notre ami se rendit compte étrangement qu'il n'avait pas mit de balles. Chance pour lui qu'il prend l'habitude de retirer les balles avant de nettoyer un pistolet. Et puis, on pourrait croire qu'il se serait suicider... Ce serait bête, avouez-le.

Alanos, notre ténébreux et énigmatiquement incompris pirate s'en va vers des mondes meilleurs. C'est à dire, en se levant simplement de son espèce de lit de camp improvisé et qu'il va faire le tour de la ville, histoire de.
Anthalys, ville reputée pour ses magasins et sa population bourgeoise... Hum... Bourgeoise.
Le calcul était vite effectué. Bourgeois = Argent. Argent = Meilleur condition de vie. Meilleur condition de vie = ... Bah meilleure vie.
C'est donc sur cette touche mathématique que le choix de la route à prendre fut séléctionné. Il prit la route, d'un pas assuré, voyageant uniquement avec ses deux pistolets, pour seul bagage. Rien d'autre pour l'encombrer dans ses démarches et ses combines. C'est donc vêtu de son habituel habit noir, en dessous sa chemise porte-bonheur ayant portée son sang des dizaines et des dizaines de fois sans en prendre la couleur au lavage. Pourquoi être habillé seulement de noir et de blanc ? Eh bien... Pour se donner un genre, tout simplement. On voyait de tout dans ce monde, des plus bariolées aux plus sinistres et il était donc assez dur de se différencier des autres, puisque plus aucun code vestimentaire n'existait dans ce monde.

Il arriva en... Quarante secondes dans la cité. Raison : Il avait campé dans une rue désertique et à l'abri des regards, donc il atteignit le quartier bourgeois avec tact et discipline et surtout très rapidement. Etrangement, sa vie était loin d'être propre, et pourtant ses vêtements étaient incroyablement impeccable. Eh oui, pour entrer dans ce genre d'endroit, il faut être un minmimum hygiénique et le jeune homme l'était, heuresement pour lui. Avec sa gueule se faux-ange, il lui était facile de pénétrer un peu partout où il désirait, son air jeune et ce petit truc en plus qui le rendait facilement abordable par n'importe qui lui donnait les clés pour communiquer avec tout type de personne. Riches, pauvres, démunis, sans papiers, morts-vivants, enfants qui couines, chats errants, et j'en passe des meilleurs.

Arrivé donc sur place, il ne lui fallu que quelques secondes pour prendre l'allure et s'imprégner des airs hautains qu'avaient les gens du coin. Tout en gardant une mine décontractée, Alanos pouvait se faire passer pour n'importe quelle classe sociale, même si quelques petits défauts pouvaient s'initier ici et là, le jeune homme offrait une première impression exemplaire. Mais son coté attire-merde était plus fort que tout et déjà il se sentait obligé de faire bouger un peu la foule ambiante. Il repéra donc la proie la plus facile. Son regard se porta sur une greluche en t-shirt orange et en veste en Jean... Parfait, une petite bourgeoise refoulée qui voulait se faire passer pour plus jeune qu'elle ne l'est et qui refuse d'être une enfant gâtée et qui pourtant continue de traîner dans des endroits luxueux. Dieu, que nous aimons les stéréotypes et les jugements hâtifs... C'est donc dans une rare élégance qu'il se glissa vers la jeune femme, posant discrêtement une jou-jou en ferrail contre le flanc droit de la petite femme qui se tenait devant lui, il posa sa tête contre son épaule, pouvant ainsi la voir de beaucoup plus proche, mais surtout parler au vendeur.

"Bonjour mademoiselle..."

Il posa son regard plein de malice et surtout un air de déstabilisé psychologique...

"J'vous l'emprunte cinq minutes..."

Tout en disant cela, il força la jeune femme, quoi qu'elle puisse dire, protester ou même se débattre un peu plus loin dans une contre allée. C'est donc de cette manière que l'on procède à un "vol" chez lui, même si l'argent n'a pas grand attrait pour lui, ça fait toujours manger. Alanos la relâcha et la menaçait toujours de son pistolet, histoire de dire "bouge pas ou t'en prend une" et il la fixait, le visage fermé, impassible. En fait, ça ne l'amusait pas plus que ça de braquer les gens, mais bon. Il n'allait pas se mettre à bosser maintenant, ce serait une insulte à son statut.

"Je suppose que vous connaissez la procédure habituelle... Vous me donnez votre bourse, j'vous tire pas dessus, vous avez pas besoin d'argent, moi si, demain on aura tout oublié, on se fait la bise et au revoir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Darker than white*

Messages : 214
Date d'inscription : 31/08/2009
Localisation : La où il y a de la place.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
94/500  (94/500)
~ Don: Invocation d'esprits jumeaux: Ki(ailes) et Ken(sabre).

MessageSujet: Re: Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken] Lun 1 Mar - 20:20

Finalement, sa journée shopping un jour de beau temps, quoique il fallu qu'il y ai un vendeur retissant, était devenue en l'espace de 30 secondes d'inattention, une situation quelque peu délicate avec pour supplément un couteau sur la peau. La première pensée qui lui vint fut réagir, après tout ce n'était qu'une lame, il suffisait certainement d'une petite clé de bras, un peu d'agilité et le tour était joué. Hélas non. Non pas que son idée était impossible ou l'agresseur trop fort mais simplement que connaissant sa façon de faire, Eather aurait beaucoup de mal à rester discrète.
Un bref regard, à gauche, aux fenêtres, et la possibilité de s'enfuir devenu impossible. Il y avait définitivement trop de monde, et surtout il y avait des gardes, comme par hasard partisan de l'Empire. Forcement ceux là n'arrangeaient en rien la situation. En tant que charmante membre de la si peu connue Rébellion il valait mieux ne pas trop avoir à se faire connaitre de leurs services. En somme, le bout de fer eu raison de ses pieds et résignée, Eather avança là où l'agresseur le voulait. Celui-ci allait de toute façon l'emmener dans un endroit plus discret pour pouvoir agir.

Cela ce confirma. L'homme, car une fois devant lui la jeune fille comprit que s'en était un, fini par la menacer avec une arme tout autre qu'une arme blanche, un pistolet. Eather qui était encore assez sur d'elle commença à remettre ses plans en question. L'inconnu possédait un gun qui à première vu semblait puissant. La jeune fille raya illico la possibilité de faire appel à ses esprits jumeaux pour qu'ils lui viennent en aide. Impossible aussi de crier au secours, question d'honneur et d'une discrétion à conserver en un lieu extrêmement fréquenté par la bourgeoisie et qui dit bourgeoisie dit argent et qui dit argent dit... sécurité apporté par l'Empire. Eather devait garder anonymat pour sauvegarder son groupe révolutionnaire mais surtout sa propre vie!

Ces temps-ci, les rumeurs courait sur de terribles nouvelles méthodes de torture sur les personnes hostiles au Souverain, autant dire tout le monde car la rébellion bien sur en faisait partie mais aussi les pirates et les hackers. En somme l'armée avait été obligée de réviser leurs moyens de persuasion, Eather n'avait donc aucune envi de grossir les listes des morts soit disant accidentelles décrétées par le gouvernement en place.

Mais revenons en à une situation quelque peu délicate. Après une large et rapide analyse de l'agresseur, jeune homme d'une vingtaine d'années habillé le plus sobrement du monde, genre passe partout, chemise blanche impeccable en dessous d'une veste noire des plus classiques. Ses cheveux, longs, noirs lui cachaient légèrement son visage d'où Eather discerna deux yeux sombres ne laissant aucune pitié apparente. Il pointait cette fois si son arme à bout de bras sans se cacher de regard de passants indiscrets, la rue où ils se trouvaient était à l'écart et vide. Celle-ci devait être un débarra d'un magasin, il y était empilé de nombreuses caisses, hélas les toits ne pouvait être atteint. Sur quelques barriques de en bois, à quelque pas de Eather à sa gauche, était posé une étoffe lourde et sale. Voilà. La jeune fille avait trouvé son échappatoire.

"Je suppose que vous connaissez la procédure habituelle... "

Stupide inconnu. Qu'avait il comme raison pour dire ça à une de ses victimes? Aucune évidement. Simple conclusion de la part de Eather mais celui-ci la prenait vraiment pour une poire!... Il fallait rester calme ne pas laisser cet personne croire que sa victime était autre chose qu'une proie facile et bête. Rester avec un air innocent au possible. En son fort intérieur, elle calma sa petite voix qui lui criait de lui sauter dessus et de la renvoyer cher à sa campagne. L'invocatrice ne répondit rien, et tacha de dessiner un visage de pauvre enfant perdue et cherchant un aide de la part du ciel.

"Vous me donnez votre bourse, j'vous tire pas
dessus, vous avez pas besoin d'argent, moi si, demain on aura tout
oublié, on se fait la bise et au revoir."

*Oh, oh! Môsieurs me prend donc pour une riche gosse du bourgeois du coin~*

La situation la faisait presque rire... Elle riche?! Et puis quoi encore! Reniée par sa millionnaire famille de partisans de l'Empire, elle ne pouvait plus rien espérer de ses personnes. Son argent elle le gagné à rendre saoul des hommes pervers tous les soirs de la semaine et qui plus est à parfois devoir les suivre à des fêtes, autant dire que cela ne l'enchanté pas... Quoi que... Il s'agissait souvent de fêtes de bourgeois donc pas si désagréable que ça. Mais, SON argent on y touche pas!!

Dans un accès de colère (injustifié?) elle se rua sur la toile aperçue quelques temps plus tôt et la lança sur l'homme le plus fort possible. Le voile recouvrit le visage de l'agresseur ainsi que son arme et en raison du poids du tissu l'homme du courber le bras et s'accroupir.

"Beuuuuh! La jeune fille lui tira la langue mais il ne pu rien voir. C'est mon fric! La prochaine fois, tache de mieux faire!"

Eather en profita pour filer "illico presto". Retourner dans les rue marchandes serait suspect de sa part surtout en courant et rester dans les ruelles vides serait un risque, l'homme pouvait bien les connaitre. Le choix fut rapide: la rue des magasins. Grosso modo il devait être 11h du matin, il devait y rester encore beaucoup de monde. Il serait encore facile de s'y cacher. Le temps qu'elle y retourne elle entendait déjà des bruits de pas rapide derrière elle, cela devait être son agresseur. Elle accéléra le pas et se retrouva sans même sans rendre compte. La foule était atrocement compacte, encore plus que tout à l'heure.

Soudain, Eather se stoppa. Les gens autours d'elle lui toquaient les épaules sans délicatesse. Là, droit devant. Un contrôle d'identité par l'Empire. Rien que pour tout arranger elle reconnue un des hommes qu'elle avait déjà mal mené lors d'une de ses tentatives d'attentat. Derrière, un homme à la recherche de son argent. La jeune fille était coincée.

[Pas grave pour l'attente =)]
[Faut croire que j'avais de l'inspiration, en plus c'est pas terrible désolée x)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken]

Revenir en haut Aller en bas

Oh voleur! ~ [PV;Alanos Loken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Quartier Aristocratique ~ :: Magasins de Haut Standing ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com