AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La discrétion est une vertu silencieuse~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar


Messages : 34
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 27
Localisation : en plein vol

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
15/500  (15/500)
~ Don: foehn

MessageSujet: La discrétion est une vertu silencieuse~ Jeu 11 Fév - 21:09

-C’est quelle chambre ?

On sentait une gêne certaine dans la voix de Johan. Lui qui habituellement était une figure de décontraction, était présentement gêné et quelque peu stressé. Rapport à l’endroit ou il se trouvait ? Tellement de rumeur circulait sur l’établissement. Et lui disposant de faculté pour le moins spéciale c’était précipité en ce lieux, risquant par la même sa liberté… mais pourtant il n’était mal a l’aise pour cette raison. Non elle était tout autre.
Son accoutrement.
Cela lui avait paru la meilleure façon de se fondre dans le décor, ne pas interpellé, circulé sans trop de problème. Le souci, c’est que ce genre d’effet n’était en rien confortable. Habitué à ses tenues parfaitement adapté à l’affrontement et des plus ajusté à ses mouvements, il ressemblait présentement à un clown. Des couleurs trop voyantes, trop de tissu, parfois à des endroits parfaitement incongru. Le simple fait de marché lui était agaçant. Les tissu frottai, l’encombrait, l’emmerdait pour faire simple. Si son but premiers avait était de pouvoir passé inaperçu, sa démarche présente n’y aidait pas énormément. Bien sur le trait est forcé et il ne ressemblait non plus à une bête de foire, mais il suffisait qu’un individu un peu trop observateur passe dans le coin et il était grillé. Sans compter qu’il transportait une demoiselle sur ses épaules, cela n’étant la plus belle des façons de passer incognito. Mais a dire vrai tout cela il s’en moquait, ce n’était pas les conséquences de sa posture qui le gênait, simplement le peu de confort qu’offrait se ridicule uniforme. Aucune liberté de mouvement ! Les étudiants n’avait pas d’articulation ou quoi ?! Certes ses effet personnel l’avait habitués à un confort optimum, et le retour au accoutrement « normaux » n’était pas chose aisé. Mais dans le cas présent c’était un véritable enfer.
Pour cette raison, il n’affichait un air des plus avenants.

Jamais il ne se serait douté de l’inconfort de cet accoutrement quant il l’avait spolié à son possesseur. Ce dernier avait pourtant une carrure semblable à la sienne. C’était un étudiant qui transpirait trop l’orgueil pour vérifier ses arrières, l’assommé avait été un jeu d’enfant. Non pas que Johan était adepte des coups en traitre, il n’avait simplement pas eu l’envie de se frotté à un individu dont il ignorait les facultés. Se retrouver à cinq mètre du sol sans comprendre comment, était une chose désagréable. Souhaitant passer outre les mauvaises surprises, il c’était contenté d’un peu de lâcheté, et de beaucoup d’efficacité. Ainsi, dix minutes un coup à la nuque, et un corps dissimulé plus tard, Johan avait retrouvé Mitsu tranquillement assise, dans cet horrible accoutrement. Faisant fit de ses remarques, il la porta et suivit ses instructions jusqu’au dortoir des filles.

C’est ainsi qu’ils en étaient arrivé là. Non loin du but. Bien sur les problèmes pouvaient encore survenir, mais Johan était confiant. Il faisait partie de ces individus ne se posant vraiment de question sur le comment, et se contentant de surmonter les problèmes avec le moyen du bord et une dose certaine de simplicité. De plus les chances de ce faire repérer étaient minimes. Il y avait des centaines d’étudiant, un de plus, un de moins, personne ne remarquerait sa nouvelle tête à moins d’un sens de l’observation accru… de plus l’idiot a qui il avait dérobé l’uniforme était hors service pour encore au moins un heur, et même s’il devait se réveiller avant cela, son soucis serait autre que celui de comprendre la raison de la disparition de son uniforme. A dire vrai, il penserait certainement que cette beine à ordure dans laquelle il se trouvait disposait d’odeur dérangeante, sans compter qu’un slip n’était le mieux comme protection contre le froid…
En bref si un danger devait venir cela ne viendrait certainement pas de se pauvre étudiant.

Johan c’était sans doute montré légèrement cruel, mais ce n’était pas sans raison. L’individu dont il avait dérobé les effets, bien qu’ayant son gabarie disposait d’un comportement bien différant du sien. Il ne l’avait observé que dix minutes et avait contemplé avec effrois l’air suffisant qu’il affichait, le dédain dont il faisait preuve envers les autre, et la cruauté avec laquelle il traitait ceux qu’il nommait « déchet de l’empire ». Lui offrir une leçon lui avait paru plus qu’obligatoire : salvateur. Il avait besoin d’être gentiment remis à sa place. Gentiment n’étant qu’une façon de parlé bien sur.

Il avait beau avoir peu de chance d'être mis à nue, il espérait toutefois que tout cela se termine vite. Ses vêtements état vraiment abominable à porter !
________________________________
Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire,
elles le submergent quelquefois mais sans elles il ne pourrait voguer.
[Voltaire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elève en Classe F
Elève en Classe F

Messages : 64
Date d'inscription : 08/01/2010
Localisation : Là où j'ai envie d'être !

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
193/500  (193/500)
~ Don: Matérialisation de dessin

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Ven 12 Fév - 12:08

Non sans surprise, la jeune fille n’avait eu d’autre choix que de grimper sur le dos de Johan. Protestant quand même un peu en prétendant qu’elle serait sûrement trop lourde pour lui, seulement il se releva quasiment sans aucune difficulté. Presque comme si il ne portait rien sur le dos, bon … C’était peut-être un peu trop exagéré, mais il faut voir les choses en face, le jeune homme ne semblait pas aussi faible que son physique pourrait le faire croire dans un premier temps. S’accrochant à son cou, sans pour autant l’étrangler bien entendu, la jeune fille se détendit et indiqua à plusieurs reprise le chemin à prendre, mettant parfois un petit peu de temps à réfléchir son esprit commençant finalement à s’embrouiller.
Durant le trajet la respiration de la jeune fille fini par ce calmer un peu, une respiration plus régulière et plus calme que tout à l’heure, mais n’enlevant en rien la fatigue qu’elle ressentait malheureusement. À la place elle commençait à avoir une forte envie de dormir jusqu’au point que sa tête se mettait parfois à dodeliner. Cependant elle luttait contre le sommeil, elle n’allait tout de même pas s’endormir et le laisser en plan dans le guidage ?

Arrivait aux alors de l’établissement elle fut sérieusement étonné qu’il la laisse seul, le voyant partir en direction de l’établissement sans donner d’explication à la jeune fille. Comme l’humain reste malgré lui quelque chose d’obstiné, la jeune fille ne c’était pas retenu de se lever pour pouvoir le suivre ou aller vérifier ce qu’il était en train de faire. Seulement, même si elle sentait qu’elle avait récupéré un peu de force ce n’est pas pour sa qu’elle pouvait se mettre à courir le marathon une nouvelle fois. Enfin …C’est un peu exagéré quand même, mais elle avait encore un peu de mal à marcher longtemps. Au moins elle pouvait tenir sur ces jambes, mais son envie de dormir n’arrangeait pas la situation et la jeune fille préférait plutôt attendre sagement que Johan revienne plutôt que de partir à sa recherche sans même savoir ou est-ce qu’il était partit exactement.
Assise, la pauvre Mitsu avait du mal à lutter contre le sommeil et l’attente n’aider en rien. Son esprit allant se balader ailleurs dans des rêvassent divers jusqu’à ce que son porteur ne revienne. Mettant un temps avant de comprendre ou était le problème dans la démarche de Johan. Elle le regarda alors avec un air étonné sur le visage, quoi que un peu endormie, avant de littéralement éclater de rire.

C’est sûr, ce n’est pas très gentil de se moquer des personnes seulement Johan ne semblait pas du tout être à l’aise avec les vêtements qu’il était aller prendre on ne sait où. Se retrouvant de nouveau sur son dos la jeune fille continua à pouffer un peu sur sa nuque, sentant sa démarche être un peu moins … Régulière ? Que précédemment, chose qu’elle aurait pu mettre sur le compte de la fatigue à force de la porter, seulement … Pas pour cette fois.


"J’ai la chambre n°1. Il faut aller par là."


Elle lui désigna une direction de la main, ayant à peine jeter un coup d’œil sur l’endroit ou ils étaient, Mitsu n’ayant pas trop de besoin de réfléchir puisqu’elle le connaissait par cœur à force de fréquenter les mêmes couloirs. Fort heureusement d’un côté, son visage calé contre Johan elle avait de plus n plus de mal à tenir éveiller, son éclat de rire n’ayant rien arrangé en plus, mais passons. Une interrogation subsistant quand même dans l’esprit légèrement embrouillé de la jeune fille, puisqu’il est plutôt étonnant qu’il n’y ait personne qui se soit encore demandé ce que Johan faisait avec elle perché sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miu-wonderland.pro-forums.fr/forum.htm



Messages : 11
Date d'inscription : 09/02/2010

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
23/500  (23/500)
~ Don:

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Sam 13 Fév - 22:18

It's Not a Joke ♥️

Sans trop comprendre le comment du pourquoi de cette curieuse décision, un brun au corps élancé s’engageait à travers les vastes couloirs de l’académie. Depuis peu son choix s’était avéré irrévocable, et il avait décidé de loger dans le campus. Pourquoi cela ? La réponse était très simple. Cela pouvait s’avérer une expérience profitable pour lui, dans le sens où, il serait plus agréable de dormir dans un lit chaud, plutôt que d’avoir à se payer une chambre chaque soir quant il quittait les heures de cours, ou bien de dormir à la belle étoile. Etant un habitué pour s’endormir à l’extérieur cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Cependant, établir une base à l’intérieur même du nid de « l’ennemi » n’était pas une idée saugrenue. Dangereuse peut être, si le garçon se faisait prendre sur le fait. Qu’ils essayent ! Encore fallait-il que ces sales idiots, avec du fric dégueulant de leurs poches puissent accumuler un nombre de preuves suffisantes pour dénoncer, son appartenance à la rébellion ! Il haïssait certains élèves. Ceux qui montraient leur fortune, qui en paraissaient fier et hautain. Ces individus, lui donnaient la nausée, et l’envie de hurler à leur face sa hargne. De crier à quel point le monde était injuste, et qu’il était insupportable de voir cet écart, ce décalage entre les personnes issues de différents milieux. Paradoxalement, la Rébellion, regroupait des recrues appartenant à des milieux très diversifiés, qu’ils soient d’origine riche ou bien pauvre, tous étaient la bienvenue dans cette organisation affrontant l’empire dans l’ombre. Neal le savait parfaitement, cela s’avérait avantageux pour la rébellion, mais souvent, tout le monde avait des intérêts personnels à servir. Qui de ces hommes ou femmes, n’essaieraient pas de trahir Hiro, leur leader ? Il en avait l’infime conviction, qu’il fallait se méfier. A qui pouvait-on réellement faire confiance ? Depuis l’enfance, jamais, on n’avait cherché à l’aider lui et…

Perdu dans ses pensées, il s’arrêta subitement. Penser à, elle, c’était douloureux. Parce que c’était l’ultime sacrifice qu’il avait opéré. Il ignorait ce qu’elle était devenue, si elle s’en sortait, jamais, le brun n’avait tenté d’avoir des nouvelles, pour s’assurer qu’elle n’avait rien et qu’elle réussissait, là où il ne pensait plus être en mesure de réaliser ses rêves à ses côtés. Si un beau jour, il avait l’audace de revenir vers elle, comment cette dernière réagierait ? Haine ? Rancune ? Amertume ? Incapable d’avoir une affirmation exacte à ses interrogations, il se morfondait intérieurement.

" Neaaaal-kun ! "

Il se retourna lentement, vers une voix inconnue. C’était un garçon en uniforme à l’apparence chétive et dont, il n’avait pas le nom en tête. Après tout, il ne l’avait jamais vu…Ah si, il devait surement être dans sa classe. Mais quelle importance ? Ce type là n’était qu’une marionnette, insignifiante et ridicule de l’Empire, avec qui le brun n’avait aucune envie de créer des liens. L’adolescent aux cheveux roux coupés courts qui lui faisait face, lui demanda quelque chose de bien impertinent…Kiba-kun ? Qui s’était celui-là ? Un autre crétin avait qui il avait cours ? Peut être bien que oui, peut être bien que non. Disparu ? Comment ça ? Si Neal l’avait vu dans le coin, là, maintenant, tout de suite ? Attends mon gars ! Si tu veux savoir où se trouve je-ne-sais-qui, t’as qu’à bouger ton petit derrière de bourge bien propre et fouiner comme un grand garçon, ok ?

" Si parviens à le localiser, tu pourras lui dire que c’est important, hein ? "

Ouais compte là-dessus…Il se prend pour qui ce nain ? Comme si ce dernier avait du temps à perdre avec ses enfantillages ? Quelle plaie ! Neal se retourna l’air de rien puis, levant la main pour saluer l’autre dans son dos, il partit. C’était sa manière à lui, de dire : je verrais ce que je peux faire, mais court toujours mon coco…

Kiba. Intéressant. Une idée traversa l’esprit du garçon, une fois qu’il était parvenu à mettre de la distance entre lui et le rouquin maigrelet. Ce Kiba, n’était pas un type un peu imbu de sa personne avec lequel, il avait manqué de se battre ? Du moins, lui faire manger son plateau au réfectoire, parce que ce dernier avait renversé son dessert. Hum…le trouver pour Neal serait un vrai jeu d’enfant ! Et si il pouvait se venger de ce baldringue aujourd’hui, peut être cela le mettrait de meilleure humeur !
Il mit la main dans l’une de ses poches, pour partir à la découverte d’une arme redoutable. Non, rassurez vous, ce n’était pas un revolver ou quoi que ce soit du même genre, cependant, Neal, en dehors de l’école, se baladait avec une arme sur lui en permanence... Là, c’était un keitai, de bonne qualité et résistant aux chocs. Comment un SDF comme lui s’en était procuré un ? Simple, il l’avait marchandé, quelques années auparavant. Mais passons les détails et entrons dans le vif du sujet. A quoi l’utilisation de son portable, lui serait profitable ? Neal s’apprêtait à utiliser son pouvoir, la technopathie afin de localiser le signal émit par le portable que détenait le dénommé Kiba, grâce au sien. Vous n’y croyez pas ? Pourtant observez bien !

Neal ferma quelques secondes les yeux pour se concentrer, puis alors son portable émit un petit bip sonore, pour affirmer qu’il avait localisé celui de Kiba. Un sourire mesquin apparut sur ses lèvres, puis il se laissa diriger par son appareil adoré. Après un certain temps à vaquer dans l’établissement, tout en ignorant les quelques élèves passant, afin de rester concentré sur le signal, celui-ci l’emmena jusqu’aux dortoirs réservés aux filles. Tiens, tiens…Rendez vous amoureux ? Neal devait-il s’en mêler ? Monsieur n’avait rien à faire, et vérifiant que personne ne l’épiait, il pénétra dans l’antre féminin. Si des responsables du dortoir s’apercevaient de sa présence, il aurait de sérieux ennuis. Tant pis ! Neal pourrait toujours rétorquer, qu’il s’était égaré en cherchant son chemin, où bien qu’il avait pris en flagrant déli, un autre garçon entrer par effraction, puis en individu s’avouant totalement responsable et outré, il avait tenté de le rattraper pour lui faire, faire immédiatement demi-tour. Avec tous les panneaux où ils étaient inscrits : DORTOIRS RESERVES AUX FILLES. (Interdit aux mecs, sinon tu risques amèrement de le regretter, mouhahahaha…), c’était se moquer du monde… En soulignant, que ce n’était absolument pas la façon habituelle d’agir du brun. Si c’était une connaissance à lui qu’il le démasquait, elle devinerait tout de suite que son attitude s’avérait suspecte. Nulle crainte, les amis de Neal, ne se comptait même pas sur le bout des doigts.

Des bruits de pas, et des chuchotements, le mirent en alerte. Quelqu'un tous aux abris ! Pourtant la rencontre s'avérait inévitable puisque le signal du keitai, devint encore plus bruyant et menaçant quant temps normal, pour affirmer qu'il avait localisé, le fameux kiba. Allant dans sa direction, et prêt à le corriger pour deux raisons : la première celui de son insolence au réfectoire, puis la seconde, pour s'être aventuré comme un pervers dans le dortoir des filles...Et le rendez-vous amoureux ? On oublie ! Ce mec n'avait pas la moindre chance d'être en couple ! Les filles tenteraient la fuite assurément , devant sa face de macaque répugnante !

Cependant, une expression de stupeur apparut sur son visage. Il ne s'attendait pas à croiser deux personnes, qu'il n'avait encore jamais vu, de la sorte dans un couloir abandonné. Du moins presque. Un garçon et une fille. Une fille dont la tête lui disait quelque chose, probablement...Cette dernière à cheval sur son dos...Qu'est qu'ils foutaient ? Ce type, pourquoi...
Le visage de Neal afficha aussitôt une expression froide et peu encline à engager la conversation, pourtant d'une voix glaciale, il posa une question directe à l'élève inconnu :

" Qu'est que tu fous avec le portable de Kiba dans tes poches ?"


Dernière édition par Neal Keinz le Lun 8 Mar - 22:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 34
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 27
Localisation : en plein vol

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
15/500  (15/500)
~ Don: foehn

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Jeu 18 Fév - 17:27

Ridicule.
Tout en ses lieux l’agaçait. Lui qui aimait les grands espaces et la tranquillité était servi ici. Lieu confiné et inconfort. Toutes ses décorations d’une inutilité pitoyable. Pourquoi tant de démesure pour un endroit prévu initialement a recueillir les gens endormis ? Sauf exception on fixe rarement les fresques murales pendant une phrase de sommeille profond…
Comment un dortoir pouvait être aussi grand ? Cette question lui vint à l’esprit quant Mitsu lui dévoila d’un signe de main un nouveau couloir. La moitié de la populace féminine d’Anthalys résidait ici ou quoi ? Ne sachant s’il devait en rire ou en pleurer il s’engagea dans le nouveau couloir quant un homme l’interpela… il avait d’abord cru qu’il s’adressait à quelqu’un d’autre, l’aurait voulu. Mais la réalité n’est parfois tendre, et en léger courant d’air lui rappela qu’il n’y avait ici que trois personne, lui Mitsu et ce jeune individu aux airs méfiant. C’était comme si ses yeux avait lancés un défis à sa voix : à qui sera le plus froid !

Pas vraiment enchanté par l’air du nouvel arrivant, Johan le fixa un air blasé au visage. Mais quel surprise que celle d’ennuie ! Il du retenir un magnifique soupire. La poisse était une amie de longue date il faillait croire. Il pouvait bien analyser la situation sous toutes ses coutures, il était mal. Kiba était sans doute le nom de l’idiot reposant certainement au fond de sa benne à ordure, et s’il avait son téléphone, il ne s’en était pas rendu compte le moins du monde. Quels étaient les chances que l’on remarque sa disparition aussi vite ? Faible. Pourtant c’était arrivé, et il avait besoin d’une excuse… mais… comment savait-il qu’il possédait son portable ? Il ne fouilla pas ses poches, l’air assuré de l’individu en face de lui, lui confirmait qu’il avait bien ce dernier. Peut-être un pouvoir ? Peut probable peut-être ses « keitas » avait une fonction pour se trouver les uns les autres… ? En vérité n’en ayant lui-même jamais eu il ne put faire qu’une supposition à la va vite… il était un fan inconditionnelle de la mécanique mais l’électronique, bien qu’ayant des domaines adjacent n’était une chose qu’il appréciait réellement. Pourquoi n’avait-il pas vérifié ses poches déjà ? Ha oui c’est vrai, le costume c’était montré simplement trop affreux a porté pour qu’il parvienne à ce préoccuper de chose comme des poches.

*crétin !*

Dernièrement Llith se contentait de quelques mots, généralement tranchant et fort peu aimable… certes sa remarque portait sans nul doute sur la négligence de Johan, mais il ne pouvait s’empêcher de songer que son mauvais caractère du moment était dû au faite qu’il portait une demoiselle sur ses épaules. Constat qui lui tira un léger sourire. Sourire qu’il offrit sans intention au jeune homme en face de lui.
Voila presque deux seconde qui s s’était écoulé depuis sa question, il lui fallait une réponse… les choix ne manquait pas, les «bons » choix eux était plus rare. Un silence de deux seconde c’était déjà trop cour pour tenté d’inventé une histoire trop grosse. Il fallait prendre en compte l’attitude de l’individu face à lui, froid et soupçonneux. Peut-être avait-il des affaires en suspens avec ledit Kiba ? Que faire… ?
Prétexté le prêt du keitas ? C’était une mauvaise idée, il n’avait pas eu grand aperçu du profile psychologique de son ancien propriétaire, et n’avais par conséquent pas la moindre idée de la possibilité d’un prêt venant de sa part. Pour le peu qu’il avait constaté, elle était faible. Si l’individu face à lui le connaissait un tant soit peu il le penserait aussi… Réfléchir trop longtemps serai un problème et cela ne causerai que trop de soucis par la suite, la solution lui vint à l’esprit de façon presque naturelle. Elle n’était sans doute pas la plus intelligente, mais elle était celle qui, selon lui, convenait le mieux à la situation.
La vérité.
Du moins en partis.

-Je lui ai prit. Il à brisé le mien en prétextant l’accident, une excuse pitoyable, donc je lui ai fait comprendre sa stupidité. J’ai rétablis les compteurs en lui prenant le sien, voila tout.

Il redressa Mistu sur ses épaules. La situation était sans doute étrange… enfin peut-être, Johan n’avait pas la moindre idée des uses et coutume du coin. Il aurait aimé trouver une excuse, mais en avait-il seulement besoin ? Le dortoir des filles était-il interdit de visite ? Les étudiants masculins y étaient répudiés ? Il n’était vraiment sur du comportement à adopter… pour cette raison, il avait distraitement redressé Mistu sur ses épaules, signe furtif qu’elle avait tout à fait le droit de l’aider à se sortir de se pétrin.
________________________________
Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire,
elles le submergent quelquefois mais sans elles il ne pourrait voguer.
[Voltaire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elève en Classe F
Elève en Classe F

Messages : 64
Date d'inscription : 08/01/2010
Localisation : Là où j'ai envie d'être !

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
193/500  (193/500)
~ Don: Matérialisation de dessin

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Ven 19 Fév - 0:19

Le hasard fait parfois bien les choses et d’autre fois non. La jeune fille et trouvait peut probable de réussir à aller jusqu’au dortoir des filles sans se faire voir par quiconque, ou plutôt sans croiser personne. Seulement la jeune fille s’attendait quand même à croiser au moins une fille une fois arrivé dans le dortoir, désignant un nouveau couloir à suivre pour le jeune homme qui devait sans doute commencer à la trouver lourd au fil du temps. Seulement la jeune Mitsu s’attendait à croiser le chemin d’une fille et pourtant … La silhouette qui se présenta bientôt sur leurs chemins n’avait absolument rien de féminin. Bien au contraire c’était un jeune homme de tout ce qu’il y a de plus normal à un détail près, il n’est pas sensé se balader dans le dortoir des filles.
Cependant, la question qu’il posa était tout autre que celle attendu en temps normal. Bien que le cerveau de la jeune fille à plutôt tendance à aller dans les abonner absent, elle réussi quand même à faire rapidement le lien entre le keitai d’une certaine personne et le vêtement qu’était en train de porter Johan. Devait-elle en être surprise ou bien tout bêtement rire ? Elle se retint de rire quand même, car elle sentait que sa n’allait pas mettre Johan en bonne situation. Ces yeux regardant rapidement la personne en face, commençant doucement à le reconnaître en palissant légèrement. Son esprit se rappelant peut à peut de chaque membre de sa classe, autant la classe normal que la star master dans lequel elle se trouvait pour ces pouvoirs. Ce jeune homme se trouvait dans les deux classes justement, ce qui donnait plus de chance à la jeune fille pour le reconnaître.

Que devaient-ils craindre ? Au mieux d’être tranquille et au prie … À vrai dire elle ne le connaît pas vraiment puisqu’elle ne prend jamais trop la peine d’apprendre à connaître ces autres camarades de classe. Seulement, son caractère reste quelque chose de connaissable étant donné qu’il aime bien frapper … Poussant un léger soupir imperceptible, mais que Johan devait sentir dans sa nuque, elle le écouta l’explication bancale qu’il venait de fournir, arrivant moins à se souvenir de l’autre personne don il parle. Se sentant être remise sur les épaules de Johan sans que ce soit quelque chose de vraiment nécessaire elle le regarda un bref instant, enfin … Elle fixa un instant sa nuque avant de regarder le jeune homme en face d’eux. Elle est sensé faire quoi ? Ou plutôt dire quoi, parce qu’elle ne peut pas faire grand-chose à part s’endormir sur le dos de Johan. D’ailleurs c’est peut-être un miracle que sa ne soit pas déjà fait à dire vrai. Et puis qui tente rien n’a rien n’est-ce pas ?


"Si la discussion est fini j’aimerai que tu nous laisse. J’aimerai pouvoir m’endormir dans ma chambre et non sur son dos …"

Oui bon … C’est plutôt plat et qui est vraiment d’aucune utilité. Seulement Johan la prenait ut peu par surprise s’il attendait bien quelque chose de sa part et elle n’avait rien trouvé d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miu-wonderland.pro-forums.fr/forum.htm



Messages : 11
Date d'inscription : 09/02/2010

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
23/500  (23/500)
~ Don:

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Ven 19 Fév - 14:39

Rares sont les personnes qui peuvent stopper cette boule de nerfs ambulante. Une fois que la machine est lancée rien ne peut arrêter Neal. Le garçon est agressif et mord sans arrêt son interlocuteur. Neal n’est jamais patient avec son entourage, ni même compréhensif, il oublie de faire des distinctions, de considérer les paroles de ceux qui parlent. Il devient intransigeant et borné. Pouvoir, garder son sang-froid ? Il n’y arrive pas, tout lui semble flou. Flou parce que pour lui, il y a tant de différences, et tant de choses qui lui échappent, quitte à s’ennuyer dans un monde sans inégalités, le brun aimerait arrêter de lutter pour sa survie. La colère, le dégout, sont inscris sur ses traits d’une froideur implacable. Rien à faire, vouloir discuter c’est se brûler, le garçon n’écoute plus, il n’a jamais écouté personne, à part peut être Hiro, mais là encore cela n’a pas été vérifié. Neal pourrait très bien repartir, sans se préoccuper de ces deux élèves, mais c’est trop tard, la tête du garçon aux cheveux blancs, ne lui revient pas, et même si il faisait un effort c’était s’embrouiller tout seul avec sa mémoire. L’étrange impression que ces deux là se moquent de lui, le traverse, le titille frénétiquement au niveau de là où ça fait mal, et subitement la rage monte, se fait désireuse et cri vengeance. Se venger ? Mais de qui ? Ces deux là n’avaient rien demandé.

Il les foudroyait du regard, comme si ils eurent été des ennemis de toujours. Des personnes nuisibles qui lui voulaient du mal, qui se moquaient comme tous ces autres élèves hautains et imbus, encore et toujours de lui. Comme à ces débuts injustes, où il n’avait rien demandé, juste la paix. La paix avec ceux qu’il aime. Pourquoi lui avait-on pris, les gens qu’il aimait plus que tout ? La paix. Comment l’obtenir ? Se battre, toujours user de la violence, pour être craint de ces idiots et ainsi vivre tranquillement. Inspirer la peur à ces petites brutes, en leur faisant percevoir toute la rancune qui nous dévorait intérieurement. Il était impossible pour Neal de vider son esprit de toute cette horreur qui le submergeait, obnubilé par sa colère, réfléchir n’était pas faisable, voir fou. Fou de rage. Cette mauvaise humeur partait d’un rien. Un minuscule élément déclencheur, tellement ridicule. Il pensait vraiment avoir affaire à Kiba, au lieu de ça, il tombait sur deux autres élèves inconnus. Un garçon suspect, oui, qui involontairement c’était mis en travers de sa route, à qui, il fallait lui faire regretter son arrogance ( si s'en était), parce que sinon, c’était intolérable, cela heurtait sa fierté, et même cette réputation qu'il s'était forgé avec le temps, parmi les étudiants... inacceptable pour lui.

Ecumant de rage, il s’avérait intolérant. Pourtant l’explication du garçon, aurait pu le satisfaire. Au contraire, il était déjà prêt à lui bondir dessus, si seulement la jeune fille, ne perchait pas encore sur son dos. C’était ce type, l’idiot et rien d’autre. Et c’était avec lui que Neal, s’apprêtait à rétablir les compteurs, au diable Kiba ! Il aurait très bien pu, se contenter de cette réponse, puis demander où se trouvait Kiba, mais le type en face de lui aurait-il dit la vérité ? Si Neal aurait découvert trop tard, qu’il l’avait berné, il se serait jurer de le retrouver pour le lui faire payer, tout comme, il l’envisageait avec l’autre élève. Que de violence, mes petits amis…
Ses yeux perçants, foncèrent comme un rapace sur sa proie, en direction de la jeune fille. Ennuyée ? Elle paraissait bien exigeante, c'était aussi de sa faute, si Neal avait perdu son premier objectif ! Surtout qu’elle devait être de mèche avec l’autre énergumène, elle méritait alors le même sort... Étrangement, Neal n’avait pas encore ouvert la bouche pour déverser son flot de vulgarités quotidiennes, dont il avait le secret. Imbattable à celui qui insultera le plus son voisin, la hargne du brun était parfois effrayante, car le nombre de fois où il abandonnait étaient extrêmement rares. Alors que faire ? Partir en grognant ou bien attaquer ?

Tout à coup, le son d'un vibreur se fit entendre de la poche droite de l’uniforme du garçon. Insistant aux bout de trois sonneries, restant inflexible, Neal, n’en attendit pas moins pour réagir, et en une fraction de secondes, il réussit à combler la distance qui le séparait des élèves, bousculer sans retenue le garçon, et ensuite, voler le portable afin de se remettre à sa place, un sourire narquois sur le visage. Fier de son coup, n’attendant pas que les deux autres réagissent il décrocha. Une voix au bout de fil, bégayeuse, l’interrogea précipitamment. Tiens ! Le gringalet aux cheveux roux ! Un sourire mauvais naissant sur les lèvres du brun, sur un ton venimeux, Neal, se contenta de lui répondre avec la plus grande indifférence du monde.

"Il est occupé pour le moment, laissez un message."

Refermant le clapet, il tenait l’engin fermement dans ses mains. Pauvre Kiba, ce crétin ne l’avait décidément pas volé, et Neal tenait se revanche. Il reporta alors son attention sur les deux élèves. Le regard toujours aussi tranchant. Pourtant son sourire était toujours présent sur ses lèvres, signe qu’il s’apprêtait à riposter à leurs répliques.

"Alors, voyons voir... tu as donc pris, le portable de Kiba, qui est le sien sans aucun doute, mais tu te l’ais officiellement attribué, donc c’est le tiens dorénavant, nan ? Et comme, vous êtes venus me gêner, je dois vous punir…"

Il leva la main en l’air, le keitai toujours entre ses doigts. Lâchant prise, ce dernier tomba au sol, émettant un bruit sourd. D’un coup, Neal le piétina de toutes ses forces, en jubilant. Il y ressentait une sorte de joie incontrôlable, et ne s’arrêta qu’après l’avoir bien amoché, pour le finir avec un coup de pied. Le portable, alla terminer sa course quelques mètres plus loin, passant entre les jambes de son nouveau propriétaire. Sourire toujours provocateur aux lèvres, mains dans les poches, il répondit d’un ton plus joyeux, riant presque de ses actes :

"Ce fut un réel plaisir de discuter avec vous ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elève en Classe F
Elève en Classe F

Messages : 64
Date d'inscription : 08/01/2010
Localisation : Là où j'ai envie d'être !

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
193/500  (193/500)
~ Don: Matérialisation de dessin

MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~ Mar 30 Mar - 16:01

[Désolé pour le poste, mais j'ai manqué d'inspi X_x]

Est-ce que les ennuis qui semblaient arriver au grand galop allaient s’arrêter net ? Veine espérance de la part de la jeune fille qui ne rêvait que d’une chose, dormir … Seulement un camarade de classe avait également ces propres objectifs et apparemment en avait après un certains Kiba. Est-ce qu’on pouvait espérer un arrangement à l’amiable ? Pas vraiment, Neal semblait de plus en plus en rogne contre eux alors qu’au final ils n’avaient rien fait. Si ce n’est peut-être se trouver aux mauvais endroits aux mauvais moments, quoi que … Mitsu en doutait un peu, mais elle ne pouvait pas vraiment avancer beaucoup dans ces suppositions. Johan ne semblait pas non plus penser le contraire, et la personne juste en face le leur démontra d’une manière forte simple, mais plutôt rapide. Alors qu’un bruit caractéristique d’un keitai ce fit entendre, Neal se dépêcha de bousculer Johan pour pouvoir récupérer l’objet. Ce dernier un peu trop mis en déséquilibre à cause de Mitsu pour pouvoir agir. De toute façon il venait de prendre objet qui ne lui appartenait pas, donc aucun problème.
Mitsu accroché à Johan manqua de l’étrangler alors que ces bras c’était resserré autour de son cou. Il faut dire qu’elle ne possède pas une force énorme, mais son poids tirant vers l’arrière pouvait largement être suffisant pour étouffer une personne. Obligeant ainsi Johan à la remettre correctement sur son dos. S’éloignant en même temps de Neal avant de déposer Mitsu par terre, il était plus prudent de faire en sorte qu’elle ne tombe pas avec lui s’il cherchait la bagarre.
La jeune fille le regardant un peu avec étonnement, mais d’autant plus Neal. Quoi que … Avec un peu de crainte dans le regard en voyant à quel point il pouvait semblait froid et cruel à la fois. C’est peut-être exagéré, mais c’était la vision qu’avait la jeune fille sur le moment. Surtout que … Qui serait rassuré de voir un fou piétinait un keitai jusqu’à le mettre en miette ?

En tout les cas aucune des trois personnes n’avaient prévu qu’un surveillant ne passe par là, voyant la fin de la scène en fronçant les sourcils. La voix qui résonna alors dans le couloir, faisant sursauter la jeune fille, resté assise à même le sol là ou Johan l’avait laissé.


« Je me ferais également un réel plaisir de discuter avec vous jeunes gens. »

La jeune Mitsu tourna son visage vers le surveillant, bien que récent il n’était pas réputé pour être très sympathique. Et si on en croyait les rumeurs il était même injustement sévère, seulement la rumeur provenait de personne aimant faire des conneries et trouvant toujours les plus petites punitions relativement sévère et injuste. Du coup … On ne pouvait pas dire que ce soit une valeur fiable. Mitsu le regardait s’avancer avec l’air sûr de lui et un regard sévère scotché sur son visage, ces yeux parcourant chacun des trois personnes présentes en s’attardant sur la jeune fille avec un léger froncement de sourcil. Il faut dire que cela se voyait que Mitsu était fatigué, alors elle décida de rapidement prendre les devants pour pouvoir au moins sauver … Ou tout du moins aider le plus possible son accompagnateur afin qu’il puise repartir de là rapidement. Et si possible sans trop de problème.

"J’ai fait un entrainement un peu trop long et il me ramenait juste dans ma chambre lorsque Neal …"

«Neal ? Oh je vois … » Le surveillant tourna son regard vers la personne en question. « Et bien je crois qu’on va avoir une petite discussion mon garçon. »

Le ton utilisait n’attendait pas vraiment à un refus de la part du garçon en question, bien que le surveillant semblait laisser entendre qu’il avait parfaitement le choix, mais à ces risques et périls. Mitsu voyant le surveillant tourner son regard vers elle avant de ce tourner vers Johan.

« Emmenez là dans sa chambre et venez dans mon bureau également ensuite. »

Son regard se tournant de nouveau vers Neal tandis que Johan ne se le faisait pas répéter une seconde fois, semblant avoir une idée derrière la tête. En tout cas c’était l’impression de la jeune fille qui le laisser la reprendre sur ces épaules de pouvoir partir vers sa chambre et enfin pouvoir dormir … Mitsu soulagé qu’apparemment l’histoire se termine comme sa, il fallait juste espérer que le surveillant ne se concentre pas trop sur certains détails.

[Voilà Neal, soit on le ferme là (si sa te convient) soit tu poste encore un petit truc pour le clôturer toi même ^ ^]

[Topic Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miu-wonderland.pro-forums.fr/forum.htm

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La discrétion est une vertu silencieuse~

Revenir en haut Aller en bas

La discrétion est une vertu silencieuse~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Seiryoku No Gakuen ~ :: Campus ~ :: Dortoirs des Filles ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit