AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

" What a Poor Life " - Pv Leenhart Isaac .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar


Messages : 42
Date d'inscription : 15/02/2010
Age : 26
Localisation : Anthalys .

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
1/1  (1/1)
~ Don: Ses Os sont ses armes

MessageSujet: " What a Poor Life " - Pv Leenhart Isaac . Mer 17 Fév - 20:28

" What a Poor Life . "
♪ The Kingdom City of Meltokio ♪


" Entendu . Veuillez cependant respecter toutes parts du contrat . Je ne serais aucunement responsable si .. Enfin vous savez . Mais n'ayez crainte , je ferais de mon mieux pour que rien de tel ne vienne perturber les affaires , Monsieur Leenhart . "
~*~

Une demoiselle accompagnée d'un vieil homme aux allures luxueuses étaient sis sur le seuil du Lycée où étudiaient les jeunes habitants d'Anthalys . Les lieux étaient superbes , il neigeait mais le soleil était présent et rehaussait les splendides alentours de l'établissement scolaire . Les deux adultes palabraient sur un sujet qui semblait confidentiel , leur lèvres étaient cachées dans leurs écharpes et leur regards restaient collés l'un sur l'autre . Les élèves rentraient et sortaient sans arrêt , comme si les lieux étaient surpeuplés . Cela faisait plaisir à voir , autant de jeunes gens . Tous semblaient sereins , souriants et heureux , accompagnés ou pas d'amis ou de leur famille . C'est une ambiance qui ne règne pas souvent chez les gens comme ces deux personnes , les bourgeois , surtout les Hommes d'affaires .
La jeune femme à la chevelure brune était Martel Miller , une employée parmi tant d'autres femmes qui paraissait avoir un sens fort de la négociation ; négocier avec un tel homme était une tâche difficile , mais elle n'était pas une mince affaire non plus . Elle avait l'air plus jeune qu'à son habitude vêtue d'une tenue qu'une étudiante digne de cet âge pourrait porter . On ne devait pas la distinguer des autres jeunes lycéennes , car elle et le vieil homme qui l'accompagnait devaient discrètement pénétrer dans l'immense bâtiment que formait ce lycée . Même si , la discrétion ne pouvait être absolue puisqu'ici tout le monde connaissait M.Leenhart , grand homme dans le monde de la bourse .

La demoiselle avait un rôle à jouer , une apparence à prendre , une tenue à faire paraître . Elle se tenait fraichement , droitement et ses yeux extériorisaient un charme innocent et serein , comme celui des filles qui l'entouraient . C'est comme ceci qu'elle devait se tenir , jusqu'à destination . On la regardait quelques fois , mais personne ne semblait percevoir qu'ils n'étaient pas là pour régler un fait banal .
M.Leenhart était , lui , plus nerveux . Il avait toujours eu cet air sérieux et mécontent sur son visage mais cette fois il paraissait tendu , peut être ne se sentait il pas à l'aise parmi ses jeunes personnes ou alors n'avait il pas confiance en Martel et son talent pour incarner une âme différente . Ils marchaient à pas précipité vers l'arrière du lycée où on les attendaient . Martel ne savait en rien à quoi ressemblait son nouveau client , et ne s'impatientait d'ailleurs en rien , elle profitait plutôt de pouvoir se mettre dans sa propre peau , de jouer son propre rôle et de se sentir elle même , même en présence d'une personne du monde Impérial . Effectivement , Martel , n'était pas le genre de grandes Dames qui résidaient au sein de l'Empire . Réellement , c'était une jeune fille douce et patiente , qui jouissait des choses vraies et sincères ; attitude complètement contradictoire à l'aristocratie Soralyienne . Mais elle se devait de cacher cette face trop docile afin de ne pas tomber entre les griffes de ses vautours fieffés .

A présent , les deux intrus se trouvaient au derrière du lycée là où un jeune homme aux airs agacés les attendaient . Ils semblaient attendre depuis un moment déjà . Il regardait en face de lui , et entendait enfin ses convives se rapprocher de sa personne . Martel se disait que maintenant elle devait doubler de prudence , et certes jouait elle un rôle , mais elle devait garder son sens de la bourgeoisie et des affaires . Une massive somme d'argent était à la clé , c'était une occasion bénite pour piller ces harpagons . Les adultes s'arrêtèrent, maintenant non loin du lycéen . Elle observait chaque détails de son comportement , devait tout apprendre de la personne avec qui elle allait apparemment passer de longs moments . Martel , à peine couverte , s'inclina légèrement en guise de salutation , le corps légèrement tremblant . Le père les présenta de sa voix grave et autoritaire , comme s'il s'agissait d'un .. Il s'agissait en fait d'un mariage arrangé . M. Leenhart avait décidé de marier son fils à une jeune femme qui pour lui semblerait parfaite . Elle devait être physiquement irréprochable et classique , elle devait bien évidemment faire parti de la même classe sociale et aussi , devait-elle être une personne cultivée et intéressante . Martel Miller se sentait à l'aise , pour une fois , son client n'était pas un homme plus âgé . Mais elle devait tout de même le garder loin de son cœur malgré l'engagement auquel on faisait référence . Le jeune homme n'avait aucun droit de contestation , Martel avait signé un contrat et elle se devait de le respecter .. Quant au père d'Isaac , il a promis de la laisser libre de débourser autant de Koganes qu'elle souhaiterait . Il promit aussi que son fils saurait ne pas se laisser emporter par ses sentiments , et qu'il comprendrait que si parfois la courtisane restait de glace , il devrait l'accepter . Si sentiments il y a un jour . De toute façon , dans l'aristocratie , rares sont les bons et honnêtes sentiments .

~*~

Cette fois , le travail serait peut être plus rigoureux puisque ces deux jeunes personnes seront unis jusqu'à la fin de leurs jours contrairement aux contrats de courte durée que Martel Miller et ses clients signent quotidiennement , des contrats qui se limitent au temps d'une seule et courte nuit .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 46
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 24

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
17/250  (17/250)
~ Don: Étourdir

MessageSujet: Re: " What a Poor Life " - Pv Leenhart Isaac . Ven 19 Fév - 1:01

C’était un Isaac plutôt perplexe qui attendait à l’arrière du bâtiment du lycée. Resserrant son écharpe contre sa nuque sentant que le vent et la neige puisse s’y infiltrer. Bien sûr une rencontre à l’extérieur était tout indiquée lorsqu’on était obligé de se rendre à l’académie pour régler certaines affaires. Bien que moins discret, en discuter à l’intérieur aurait été bien plus confortable. Se dégourdissant un peu les jambes sur le sol légèrement enneigé, le jeune homme réfléchissait à cette annonce qui l’avait franchement surprise. Sa situation lui avait paru auparavant au point mort, alors qu’il devait se contenter de se tenir tranquille et de faire bonne figure à l’école espérant pouvoir un dormir à nouveau sur un matelas de qualité. Mais un développement inattendu vint raviver quelque peu ses espoirs.

Lors d’une des rares et courtes communications qu’il avait eu l’occasion d’avoir avec son paternel, celui-ci lui avait annoncé qu’il lui avait « trouvé » une fiancée. Les deux parti savaient très bien que le terme « trouvé » s’apparentait plus à « acheté » dans ce cas. Le mariage, depuis fort lurette était une affaire d’argent, quoi que puisse en penser les pauvres. Mais cette décision, de laquelle ils n’avaient jamais discuté auparavant d’ailleurs arrivait à un fort étrange moment. Alors que son père disait vouloir lui inculquer la discipline et le travail, en le menaçant de ne plus être là pour faire faire les choses à sa place, voilà qu’il choisissait une fiancée à sa place. Bien sûr, le fils ne doutait pas de la qualité de la créature sur qui le choix de son père s’était arrêté, car il avait du faire la même chose avec sa mère des années et des années plus tôt. Mais tout cela semblait contradictoire. Autant il pouvait interpréter cela comme une tentative de le contrôler et de le faire marcher au pas, en lui imposant une deuxième mère. Troisième même si on comptait sa garde du corps qui lui apparaissait plus comme un dérangeant et envahissant chaperon. Autant cela pouvait être un premier pas vers la réhabilitation mondaine. S’il lui payait une jolie escorte à avoir sous le bras lors de soirées, c’est qu’il avait sûrement fait quelque chose pour le mériter. Ou peut être était-ce les deux options en même temps. Le jeune homme reprochait l’immobilité à son père, mais certes pas le manque d’intelligence. C’était sûrement un moyen de le faire se ranger malgré ses 17 ans, car il était mal vu de se pavaner avec une fille différente à chaque fois, tout cela déguisé en espèce de renforcement positif. C’avait le mérite d’être intéressant. D’essayer de tirer son épingle du jeu lui paraissait une occupation acceptable pour le désennuyer.

Mais le temps semblait passer bien lentement alors qu’il attendait de porter un jugement sur la jeune femme en question. Car jeune il l’espérait, soyons sérieux. Jamais son père, réputé fin stratège n’aurait poussé le manque de subtilité jusque là. Isaac Leenhart devait avouer que malgré son sang froid habituel, il sentait une hâte le gagner, alors qu’il regardait devant lui dans l’espoir de voir s’approcher deux silhouettes, que le tout soit réglé et qu’il puisse s’asseoir bien au chaud à l’intérieur. L’agacement d’avoir à attendre ainsi finit par se lire rapidement sur son visage alors qu’il croisait les bras, plus pour signifier son mécontentement à un observateur invisible que pour se garder du froid.

Ils arrivèrent finalement, mais le jeune bourgeois décida de ne pas laisser paraître qu’il était content qu’ils fassent enfin leur entrée. L’agacement d’avoir eu à attendre se lisait encore très bien dans son visage. Ce n’était bien sûr nullement son intention d’être plus cordial avec la jeune fille avec qui on allait le marier, peu importe ses attributs. Elle restait à ses yeux une employée avec qui, comme beaucoup de gens, il avait le droit d’adopter l’attitude qui lui plairait, ne lui en déplaise. D’avoir ainsi une liberté dans son manque de courtoisie lui donnait un sentiment de supériorité.

Ils finirent par être assez près de lui pour qu’il puisse détailler « l’heureuse élue ». Une stature droite et altière, de longs cheveux foncés ainsi qu’un regard brun plutôt, intéressant. Certes, son père n’avait pas perdu de son goût en terme de femmes, malheureusement, mais heureusement dans le cas présent. Celle-ci s’inclina légèrement, assez peu vêtue pour se promener ainsi à l’extérieur. Il répondit à ses salutations par un court signe de la tête. La première impression dans une telle rencontre prenait en moyenne une quinzaine de secondes pour s’établir. C’était durant ces secondes qu’il se devait d’établir les règles le plus clairement possible, comme lors d’une poignée de main. Décroisant les bras pour adopter une attitude plus ouverte, il écouta son père les présentant de manière plutôt solennelle. Peut être que l’annonce en méritait autant, mais le jeune homme trouvait toujours l’endroit et le temps quelque peu étranges. Il y avait tant de lui pour régler des affaires du genre pourquoi le jardin du lycée où un financier tel que lui ne devrait pas être vu?

À première vue, la jeune femme, Martel Miller de son nom, semblait plutôt distinguée. Mais avec ce genre de personne, peut importe sa provenance, si elle se « vendait » ainsi, elle devait être bonne comédienne. Il y avait aussi des closes du contrat dont ils devaient discuter sans que son père soit là pour entendre, chacun son intimité. Il n’avait pas besoin de demander à son père s’il avait vérifié ses références, de toute façon c’était ses affaires qui étaient menacées, pas les siennes. Remarquant la jeune fille frissonnante et définitivement pas habillée pour régler des affaires dehors. Il réprimanda alors son paternel :

-Vous auriez pu lui prêter un manteau.

C’est alors que ça le frappa. Faire les choses soi-même. S’il voulait avoir l’air d’un jeune adulte apte et travaillant, il devait faire cela lui-même. Retirant prestement le manteau qu’il portait il le tendit à la jeune fille, en espérant que cela en finisse avec les quelques secondes de première impression.

[Désolé du retard]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" What a Poor Life " - Pv Leenhart Isaac .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Seiryoku No Gakuen ~ :: Bâtiments du Lycée ~ :: Jardin ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Relations conflictuelles, divorces et séparations