AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar
Susceptiblement Jalouse

Messages : 30
Date d'inscription : 11/02/2010
Localisation : Aux côtés de Kaito.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
27/250  (27/250)
~ Don: En tant que robot elle est immortelle et ne peut donc ni vieillir ni mourir..

MessageSujet: Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi] Mar 23 Fév - 2:44

Yumi se tenait debout sur un toit du quartier mal famée de la capitale impériale. Le vent frai de la nuit s'amusait à faire voler ses cheveux. Autour d'elle et à ses pieds s'étendait la ville éclairée. Comme à chaque fois qu'elle regardait toutes ces petites lumières éclairant les maisons, parfois tremblotante prête à s'éteindre et d'autre fois si puissante et majestueuse, elle ne pouvait s'empêcher de ce demander l'histoire de chacune des familles qui vivaient près de celle-ci. Leur nombre était si grand, elle avait déjà tenté de les compter auparavant et n'avais pas réussis avant que l'aube ne se montre, tellement grand qu'elle n'arrivait pas à se l'imaginer ... Elles avaient toutes une histoires différentes qui durait le temps d'une vie, la plupart ne la rencontrerait jamais, c'était ... impensable, elle ne trouvai même pas les mots pour le décrire. Son vocabulaire avait besoin d'autre chose ... Plus que des mots. Mais elle ne trouvaient rien ... et de toute façon pour le dire à qui ? Kaito ? Oui voilà ce qu'elle ferait une fois de retour elle lui demanderai ce qu'il en pensait et elle lui parlerait aussi du ciel. Elle aimait vraiment parler du ciel avec Kaito, elle aimait aussi la cuisine, les animaux, la philosophie, l'histoire, les conversations banales. Enfaite non, elle aimait Kaito. C'était cela qui la faisait tout aimer. Mais avant ça elle devait faire son travail pour entendre de nouveau Kaito la félicité.
Elle quitta donc sa contemplation pour commencer sa mission. Rien de grande envergure, juste un fournisseur qui avait pensé que l'empire donnerai beaucoup pour des informations. Heureusement, les hackeurs avaient découvert le piège et l'empire avait fait choux blanc. Mais le fournisseur devait êtres supprimé. Pas de preuve. Yumi avait été chargée de la mission car elle se trouvait déjà sur les lieux, ou du moins dans les environs, et vue la difficulté on ne lui avait même pas assigné d'opérateur. Elle se rendait au domicile de la cible la trainait dehors l'exécutait proprement et partait discrètement. Simple et efficace. Pensa Yumi tendis qu'elle sautait de toit en toit avec agilité.
Après une dizaine de minutes de ce régime elle arriva en vue de la maison de la cible. Cette dernière était plongé dans le noir, l'homme devait dormir pensa Yumi. Mais tandis qu'elle s'approchait discrètement de la porte elle entendis un raffut de tous les diables dans une ruelle adjacente. La cible était la ivre morte, allongée de travers dans la ruelle et insultant copieusement ce qui semblait êtres un chat, du moins c'est ce que comprit Yumi entre deux chapelet de grossièreté baragouiné par l'homme. Elle s'approcha doucement et gracieusement de l'homme qui l'aperçut enfin, à la vue de sa tenue de mission et de sa lame accroché sur son poignet l'homme se répandit en excuse et supplication
«Je m'dam... Mad-moiselle j'ai des n'enfants ahip ... à nourrir, je voulai pas faire de mal et trahir personne, je gagne pas assez et ont meurent de faim, il fallait que je fasse quelque chose et l'empire ... et l'emphip !... enfin vlà quoi, pitié, j'ai une femme aussi ! Et un chat !»
L'odeur d'alcool devait êtres repoussante vue l'état dans lequel se trouvait l'homme, mais Yumi se pencha doucement vers le visage et le gros nez aplati de l'homme.
«Les autres ne meurent pas de faim quand ils travaillent correctement pour les hackeurs. Ton penchant pour l'alcool, voilà la cause de tes soucis. De plus ta femme et ton enfant me paraisse bien silencieux... Il n'est pourtant pas si tard. Tu ment comme tu respire. Mais... ce n'est pas pour autant que tu devrais mourir.»
L'homme se redressa un peu, un sourire s'épanouissant sur ses lèvres gercées.
«Vous ...Vous m'laissez la vhip ... la vi-vie sauve mdam... moisselle ? Merci je vo...»
Il ne finit jamais sa phrase, Yumi venait de lui briser les vertèbres d'un mouvement sec.
«Personne ne devrait mourir... Je suis désolée... Mais je fait ça pour Kaito, comprend moi...»
Elle ferma avec douceur les yeux du mort et imprima son visage dans sa mémoire. Encore un, encore une fois elle avait arrêté une vie, tranché net l'avenir de cet homme, de ses propres mains. Mais pour Kaito elle était prête à tout, elle ne se plaindrait jamais et accomplirait toutes les tâches qu'il lui confierait, toutes. Qu'elle les aime ou pas cela n'avait pas d'importance, l'important, c'était Kaito et son sourire. Rien d'autre.
Elle était en contemplation devant le corps de l'homme quand, soudain, un objet chuta avec fracas dans son dos. Yumi se retourna en dégainant une de ses deux lames. Qui était là ? D'où venait le bruit ? Tous les sens en alerte, elle vis d'où provenais le bruit. Une nuage de poussière c'était formé à l'endroit un un sac de ciment en poudre était tombé de la pile instable où il devait êtres instalé. Doucement la poussière retomba, découvrant une silhouette qui semblait déterminée à cracher ses poumons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~

Messages : 731
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 25
Localisation : w o n d e r l a n d.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
10/500  (10/500)
~ Don: Un peu tout, un peu rien ~

MessageSujet: Re: Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi] Mar 2 Mar - 1:58




    O
    ù que tu sois, je t'entends. Où que tu sois, je t'attends.



    Marche pour prouver que tu existes. Marche pour te perdre. Marche pour te retrouver. Marche pour oublié. Marche pour disparaître. Marche pour ta vie. Marche pour ta mort. Marche pour trouver le pourquoi de ton existence. Marche et ne t'arrêtes pas avant de l'avoir trouvé. Marche à travers la ville, à travers la nuit. Marche à travers la cité silencieuse comme le fond de l'océan. Marche en écoutant cette voix distante qui t'appelle. Marche...

    Pourquoi toutes ces lumières ? Ces foyers qui semblent si heureux et si unis vus de l'extérieur. Pourquoi cette illusion de bonheur parfait ? Les familles heureuses se ressemblent toutes, les familles malheureuses le sont chacune à leur manière. Elle le savait bien. Sa famille n'avait rien de commun avec une autre. Pourquoi se leurrent-ils ? La vérité blesse mais le mensonge tue. C'est une histoire qui se répète depuis des millénaires. La plus triste et sombre de toutes les histoire jamais contée. La vie est un éternelle recommencement. Et toi petite chose perdue au milieu d'une foule d'anonymes sans visage que fais-tu dans ces terres qui ne sont pas les tiennes. Es-tu perdue ? Non, tu es seulement égarée mais pas dans cette ville, uniquement dans ton âme. Que cherches-tu réellement, le sais-tu ? Ne perd pas ta route, n'égares pas ton âme sur les sentiers tortueux de la vie.

    La petite créature blonde plongée dans l'obscurité leva la tête. Un ciel de nuit sans fin. D'ici, combien savent le nombre d'étoiles qui nous contemplent, nous pauvres âmes mortelles ? Mais après tout que serait ce monde si ses habitants étaient immortels. Il serait un calvaire pour tous. La vie ne vaudrait pas d'être vécue ainsi, chaque instant aurait un goût fade d'amer déception. En attente d'un meilleur perpétuel. Telle une ombre inconnue elle longeait les murs, observant l'effervescence de la ville « qui ne dort jamais ». Tant de monde, d'histoires, de liens. Pour l'esprit humain, cela est inimaginable. Mais bien loin de cela nous avons les préoccupations de notre petite créature insignifiante qui tel un courant d'air se faufilait dans les rues de la capitale. Elle pensait. A tout ce qu'elle a aimé, tout ce qu'elle a perdu, tout ce pourquoi désormais elle se bat. La guerre, l'empire, la rébellion. Après tout qu'était-ce pour elle ? Un moyen de se détourner de la souffrance, une diversion pour mieux oublier. Oublier qu'on a souffert, qu'on souffre et que sûrement demain,la peine sera toujours présente au fond de nous. Pauvre petite chose torturée, la vie a été dure pour toi et pour les autres. Quelle est cette mélancolie profonde qui te transperce de part en part. Sont-ce des larmes que tu essayes de cacher aux yeux de la foule. Elle t'ignores, et tu préfères que cela soit ainsi. Quand cessera tu de pleurer ? N'uses donc pas tes forces à cacher ta tristesse, emploies les pour trouver ton bonheur. Un jour toi aussi tu auras le droit d'être heureuse à nouveau.

    Elle avait comme l'impression d'être une funambule sur un fil. Au moindre faux mouvement, le vide. Oui le vide pesant de sa solitude, alors il ne fallait pas qu'elle s'arrête, il fallait continuer pour oublier combien la vie est latente et lancinante. Elle avait envie de partir, loin, très loin. Emporte-moi, loin des drames et des souvenirs douloureux. Ici la boue est faite de nos pleurs. Elle avait du mal à respirer, la douleur dans sa poitrine l'accablait. Il pleure dans son cœur comme il pleut sur la ville. Quelle est donc cette langueur qui pénètre son cœur. Elle s'était arrêtée de marcher, assise sur un petit muret, elle observait la vie qui allait et qui venait. Mais parmi la foule quelque chose se faisait entendre, imperceptible par tous, ou presque. Un souffle de vengeance semblait planer dans l'air. Quel était donc cette étrange impression que quelque chose de grave allait se produire. Bien sûr personne n'en saurait rien, comme d'habitude. La vie allait continuer normalement comme si de rien était. Mais elle l'entendait parfaitement bien, comme un cri d'alarme naturel qui jaillissait du plus profond de son être. Devant elle, devant son petit mur, une étrange ruelle sombre semblait ouvrir sa bouche tordue et infâme. Que cachait-elle en ses tréfonds ? La curiosité l'avait attiré dans la gueule du loup. Prend garde petite fille de ne pas te faire manger par le grand méchant loup. Reviens à l'heure à la maison. Stupide. Personne ne l'attendrait. Elle avait tout loisir d'assouvir les besoins de sa curiosité naturelle. Elle s'approcha petit à petit. Pauvre petite créature...

    La vie est une bougie dans le vent. Qui sauve une vie, sauve l'humanité. La perte d'une personne ne peut être sans conséquence. Quelqu'un un jour, quelque part, pâtira de cette perte. La petite créature avait regardé cette atroce scène, épouvantée par ce qui se produisait devant elle. Sans un mot, sans un souffle, elle avait regardé cette femme lui ôter la vie sans vergogne. Elle ne bougeait plus. Elle n'avait jamais vu la mort en face. Elle n'avait jamais vu à quel point elle était cruelle, à quel point elle pouvait être terrifiante. Elle tremblait. Des paroles confuses se bousculaient dans sa tête. Un brouhaha infernal qui l'empêchait de penser. A quoi bon réfléchir dans un moment pareil ? Fuis. Fuis pour ta vie. Fuis pendant qu'il en ait encore temps. Elle recula d'un pas en silence. Puis deux. Puis trois. Elle fut stoppée par un objet métallique. Elle se retourna la plateforme métallique dans laquelle elle venait de butter céda. Elle n'eut pas le temps de partir qu'un nuage de poussière s'éleva, noyant ses poumons d'air irrespirable. Elle tomba les deux genoux à terre. Sa fine silhouette se distingua alors à travers le nuage d'impuretés. Son regard d'un bleu profond se leva vers l'inconnue. Toujours à terre, elle la fixa longuement avant de prononcer ces touts premiers mots de la soirée:

    « Vous...allez me tuer aussi ? »

    Elle sentit l'angoisse se transformer en boule dans sa gorge. Elle voyait la meurtrière se tenir froidement devant elle, une arme à la main. Elle ferma les yeux. Elle ne voulais pas voir ses derniers instants arriver. Pauvre petite créature sans défense...

________________________________

{* I'am the Queen, not the the shadow's King ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem-no-jiyuu.forumactif.com
avatar
Susceptiblement Jalouse

Messages : 30
Date d'inscription : 11/02/2010
Localisation : Aux côtés de Kaito.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
27/250  (27/250)
~ Don: En tant que robot elle est immortelle et ne peut donc ni vieillir ni mourir..

MessageSujet: Re: Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi] Mar 2 Mar - 23:04

With


Une jeune fille ... Yumi la détailla rapidement enregistrant et analysant chaque détails visibles, même les plus discrets, de son apparence. Elle lui semblait avoir 17-18 ans, ses formes était plutôt plate et douce tandis que son visage ... Son visage était l'incarnation parfaite d'une princesse, vous savez celle que l'on enferme dans les tour d'ivoire et qui passe leur longue journée à scrutée l'horizon dans l'attente désespéré d'un beau prince charmant et de son magnifique destrier blanc qui viendra les délivrer de leur oppresseur. Celle-ci en tous cas semblait s'être enlevée elle-même pour allez explorer le monde. Mais ce visage ne fut pas ce qui frappa le plus Yumi, ce qui lui fit l'effet d'un coup de poing dans le ventre et l'étourdit pendant un dixième de seconde, ce fut ses cheveux et ses yeux. Une longue crinière blond-argent descendant le long de son dos, le terme cheveux d'ange correspondait parfaitement à cette incroyable crinière qui semblait ondoyé et se mouvoir dans la douce brise du soir. Quand à ses yeux ... indescriptible, il était du même bleu que les rêve mélancolique que l'on fait certain soir, quand tous le monde dort après une fête et qu'il ne reste plus que vous devant les braises mourantes.
Si Yumi avait été humaine, elle se serait sans doute perdue dans la contemplation de ces yeux. Mais Yumi n'était pas humaine et les seul yeux qui l'intéressait, au point de tuer, était ceux de Kaito. Cela ne l'empêcha pas toutefois de rester un minimum silencieuse devant la grâce et la beauté de cette jeune femme.
Yumi se détendit quelque peu. Au moins ce n'était pas un soldat, ni même un civil qui se serait enfui en hurlant. Elle allait décider du sort de l'inconnue, bien qu'il n'y ai en réalité pas grand chose à décider à part le lieu où elle frapperai pour la tuer, quand celle-ci leva les ses yeux vers elle et déclara d'une voie où la terreur dominait :
« Vous...allez me tuer aussi ? »
Que peut-on répondre à ça ? N'ayant jamais été dans une telle situation, je ne peux le dire, mais en tous cas, Yumi déclara avec toute la douceur de sa voix cristalline:
« Oui. »
Et elle commença à marcher vers l'infortunée qui venait de fermer les yeux. Un pas, pourquoi avait-elle fallut qu'elle surgisse à ce moment là ?
Deux pas, Yumi sentie la nostalgie la gagner, encore une fois elle allait tuer et pour la seul raison de ne pas laisser de trace ...
Trois pas, Yumi regarda la créature recroquevillé dans son coin. Allez fuis ! Fuis et sauve ta vie ! Je pourrais faire semblant de t'avoir perdue !
Quatre pas, je ne pourrais pas, je doit te tuer pour rester avec Kaito, aucun risque de le perdre ne peut êtres toléré, comprend moi.
Cinq pas. Six pas. Pour Kaito, je dois le faire.
Sept, huit, neuf, dix, les chiffres s'emballent la distance diminue. Autour d'elle le silence à imposé sa loi, ni la rumeur de la rue, ni la rumeur du sol ne peuvent les atteindre. Dans le ciel les étoiles préparent leur deuil, ce soir une innocente va mourir. Mourir pourquoi ? Car un stupide dieux ou un hasard sinistre la amenée dans un endroit interdit, et que depuis la porte entrebâillé de l'armoire, la sacrifiée à vue la mort s'emparer de son dû.
Soudain les étoiles hurlent, un éclair d'argent déchire leur territoire en deux. La lame siffle, avide de sang. Mais soudain tout s'arrête, ou reprend. La magie de l'instant vole en éclat et les sons renverse le dictate de son trône pour reprendre leurs droits.

Yumi avait le visage penché vers le sol, les yeux fermés. Pour la première fois... Pour la première fois elle ne pouvait pas. Ces yeux qui avaient déjà tant vécus, pourquoi s'en souvenait-elle maintenant ? Ils lui rappelaient quelque chose, une chose très précieuse qui était enfouit au fond d'elle.
Lentement la lune se sortit de sa nuageuse cachette, où elle c'était réfugié face à l'horreur, et découvrit par la même occasion une étrange scène. Une femme d'une vingtaine d'année à la peau pâle et aux cheveux de glace, venait de planter sa lame dans un mur juste à cotés de la tête d'une jeune fille recroquevillée. Rien ne bougeait comme si le temps venait de s'arrêter. Enfin la femme-glace dégagea d'un geste brusque sa lame et d'une main tremblante releva la tête de l'ange .
En regardant de nouveau ses grands yeux Yumi comprit, ce regard, était celui de Kaito. Un regard chargé, de regret, de rancœur et de tellement d'autres sentiments, parfois contradictoire... Yumi se redressa. Pour une fois, une seule fois elle allait désobéir et laissait partir une personne ayant vue son visage et ses actes.
Elle se rendit alors compte du soulagement qu'elle éprouvait. Elle n'enlèverait pas le futur d'une deuxième personne aujourd'hui. Chaque vie était unique, utile et remplis de chose défiant l'imagination humaine. Le fait de devoir enlever ce cadeau à quelqu'un la dégoutait, mais ce sentiment de dégout était balayé par la vague de ses sentiments envers Kaito. Mais aujourd'hui en voyant que la jeune fille respirait toujours, Yumi se sentait presque aussi fière que quand Kaito la félicitait.
Regardant rapidement que personne d'autre n'arrivait, Yumi posa un doigt sur les lèvres de la fille
« Oublie-moi. »
Puis elle rengaina sa lame et s'éloignant en marchant. En rentrant elle devrait parler du prix d'une vie avec Kaito. Il le connaissait peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi]

Revenir en haut Aller en bas

Qui est tu ? [Pv Tsubasa-Yumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Quartier Mal Famé ~ :: Sombres Ruelles ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit