AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~

Messages : 731
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 26
Localisation : w o n d e r l a n d.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
10/500  (10/500)
~ Don: Un peu tout, un peu rien ~

MessageSujet: Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys] Lun 1 Mar - 4:43

    Boum Boum.

    Parait-il que le cœur d'une jeune fille en fleur bat toujours plus vite. C'est faux, surtout chez mademoiselle T. Regardez là cette petite princesse hautaine...lorsqu'on l'observe de loin on croirait que le sien est littéralement emprisonné dans un bloc de glace. Mais la glace...ça fond au soleil. Aujourd'hui était donc un jour ensoleillé... du moins la soirée promettait de l'être. Et à cet instant que faisait-elle au juste ? Et si nous rentions dans l'intimité de notre chère cobaye T. Loin de nous l'idée de regarder par le trou de la serrure..quoi que, cela serait tentant, n'est-ce pas ? Non, non, non, nous ne faisons pas dans le voyeurisme, ce n'est pas le genre de la maison..disons que nous préférons voir les choses de l'intérieur, vous comprenez ou pas ? Enfin peu importe. Vous comprendrez quand on y sera. J'espère que vous êtes désormais fin prêt à passer une soirée dans la tête de Tsubasa Sakurada. Merci d'avoir choisi notre compagnie et bon voyage, en espérant que vous survivrez...

    Quelle était donc cette horreur qui se reflétait dans le miroir. Impossible elle ne pouvait pas y aller comme ça. Elle avait observé durant près d'une heure toutes les parties de son visage de long en large et en travers. Non, je peux pas me présenter comme ça. Elle regarda son profil droit puis le gauche pour la centième fois depuis qu'elle avait croisé le chemin du miroir de sa chambre. Mais pourquoi je me comporte comme ça ? Ce n'est rien qu'un...rendez vous ? Petite montée de panique. Mon premier rendez vous. Elle passa sa main machinalement dans ses cheveux pour les mettre en place, mais le résultat faisait plus décoiffé que coiffé. Reprends-toi Tsu ! Tu es pas comme ça. Elle leva la tête fièrement. Personne ne peut te déstabiliser ! Elle secoua la tête énergiquement. Pas même une invitation anonyme! Elle grimaça en soupirant et baissa la tête. Son regard se posa sur son keitai posé sur sa coiffeuse. Maudit message. Si elle ne l'avait pas reçu elle ne serait pas dans cet état là.

    Je vous l'avais bien dit, non ? Ces filles toutes pareilles: au moindre Don Juan qui leur lance un mot doux, elles perdent tous leurs moyens. Comme c'est drôle. Mais ça l'est encore plus chez une jeune demoiselle qui essaye de refouler ces sentiments,vous ne trouvez pas ? Ah...qu'il y a t-il de plus amusant que de voir le cœur combattre la raison. Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore. On se doute alors que le match est truqué. Et la soirée n'avait même pas débutée. Imaginez la suite des événements. Mais avant ça, un retour s'impose. Hey ! La mémoire tu t'actives et tu nous fait un petit flash back pour qu'on comprenne, OK ? Attention la séance de rattrapage commence maintenant.

    Un cours magistral d'histoire pendant deux heures dans un amphithéâtre bondé d'élèves. Voilà comment s'annonçait l'après midi de mademoiselle T. Rien de bien attrayant me direz vous, et vous avez tout à fait raison, même elle n'aurait pas dit le contraire. Accoudé une des tables de la dernière rangée, la jeune fille s'ennuyait fermement, écoutant la voix lointaine du professeur qui refaisait l'histoire de Soralya à sa manière. Enfin, à la manière de l'Empereur. Elle avait sorti son keitai pour se distraire et vérifier sa messagerie. Elle avait regardé l'écran qui affichait :un nouveau message. Expéditeur:Inconnu. Curiosité quand tu nous tiens. Et voilà ce qui était apparu sur son écran:
    Très chère Tsubasa.
    J'ai deux entrées pour aller en boîte de nuit demain soir. Je te propose donc de venir avec moi. Il n'y a qu'avec toi que je voudrais passer cette soirée, revêt ta plus belle robe, un chauffeur passera te chercher vers 20 heures 30. J'attends impatiemment cette soirée en ta magnifique compagnie.
    Cordialement, Anonyme.
    Qui était ce mystérieux Anonyme ? Elle aurait fait n'importe quoi pour le savoir. Elle s'était même surprise à sourire. Non, non. Erreur de numéro, sûrement. Elle avait regardé à nouveau le message où était clairement affiché son prénom. Apparemment non. Sérieusement..c'est à moi! Elle avait tourné la tête pour regarder à gauche et à droite, pour être sûre que personne ne la regardait rougir devant un message comme celui-ci. La sonnerie annonça enfin la fin du cours. Les élèves se précipitèrent tous vers la sortie. Elle resta un instant songeuse, assise à sa table. Elle s'était levée, un peu machinalement, sans faire attention. Impossible. Dès lors elle n'avait pas cessé de penser à ce fameux message.

    Stop. Arrêt sur image. Merci mémoire, pour ton service. Ça promet non ? Surtout quand on sait qui se cache derrière cet anonyme. Prenez une jeune fille candide du point de vue sentimental, ajoutez -y quelques centilitres d'une invitation mystère, une pincée d'anonyme charismatique et une dose de guimauve à l'eau de rose: et vous obtiendrez le parfait rendez vous catastrophique jamais réalisé sur terre. Notre cobaye du moment n'allait pas être déçue du voyage, c'est moi qui vous le dit. Bon bon trêve de bavardage inutile, je sais que vous mourrez d'envie de savoir la suite de cette histoire. Je ne vous ferais pas languir plus longtemps; Maestro..musique !

    Elle était enfin prête. Dernière retouche maquillage. Ajustement de sa robe. Elle se regarda dans le miroir. J'ai l'impression de voir une inconnue. Mais qu'est-ce qui te prend ? Elle soupira pour la énième fois. Elle posa sa main sur la poignée de sa porte de chambre, décidée à sortir pour de bon. Mais une idée lui traversa l'esprit. Et si c'était un canular ? Quelqu'un qui voudrait seulement se moquer de moi. Non...je suis une idiote finie. Comment j'ai put me laisser embarquée là dedans. Trop tard elle avait déjà ouvert la porte et derrière celle ci se tenait, béate, une de ses femmes de chambre. Cette dernière s'écria naïvement:

    « Mademoiselle Tsubasa comme vous êtes jolie. Cette robe noire vous va à ravir..cela vous change complètement. On dirait...on dirait que vous êtes une vraie femme maintenant. Je dirais même que cette robe est un peu courte...mais vous êtes absolument.. »

    Pendant qu'elle déblatérait tout son discours, la jeune fille avait regardé ses habits..et il était vrai que cette robe, juste au-dessus de son genoux, semblait courte. Elle se sentait terriblement gênée..cependant comme à son habitude elle fit comme si de rien n'était. Elle lui coupa la parole sèchement et répondit sur un ton aussi tranchant qu'une lame:

    « Ne vous a-ton jamais appris à rester à votre place ? Je ne vous ais pas demandé votre avis. Une femme de chambre doit savoir rester au rang qu'on lui a attribué. Maintenant si vous voulez bien m'excuser. »

    Elle était partie la tête haute, en faisant claquer ses talons sur le carrelage impeccablement brillant en laissant la pauvre jeune femme totalement pétrifiée. Elle n'aimait pas se comporter de cette façon avec les gens. Mais elle se sentait obligé de le faire, pour ne pas perdre la face. Cette situation était bien trop embarrassante. Elle passa le seuil de la demeure cossue et se retrouva face à une luxueuse voiture. Le chauffeur lui ouvrit la portière sans prononcer un seul mot. Elle pris place à l'arrière. T. resta muette durant la moitié du trajet, regardant le paysage qui défilait. Elle se décida enfin à parler au bout d'une dizaine de minutes en silence:

    « Je peux savoir qui vous envoie ? »

    Le chauffeur eut un léger sourire:

    « Vous le saurez bientôt mademoiselle, très bientôt... »

    Dès lors,elle s'était tut tout le reste du trajet. Arrivé à destination, le conducteur vint lui ouvrir la porte de la voiture:

    « Si vous voulez bien me suivre ».

    Oh oh. La tension augmente vous ne trouvez pas ? Quelle belle mise en scène. Là franchement j'applaudis, tout est bien ficelé comme une machine théâtrale. Et notre héroïne ! Notre héroïne elle est parfaite dans le rôle de la fille idiote qui tombe bêtement dans un piège. Bravo,bravo. C'est absolument pathétique...mais que voulez vous on ne peut s'empêcher de regarder.

    Elle suivait toujours l'étrange chauffeur de voiture qui la menait à travers le dédale du club. Beaucoup de gens, une chaleur atroce, une odeur d'alcool mélangé à celle du tabac froid. C'était la première fois qu'elle venait ici, il faut dire qu'elle n'avait pas vraiment l'âge légal pour y aller seule. Mais qu'est-ce que je fais là ? Boum Boum. Mais qu'est-ce qui m'a pris de vouloir venir ? Boum Boum Boum. Je peux plus faire marche arrière maintenant. Boum Boum Boum Boum. L'homme semblait la conduire vers un endroit du club plus sélectif, moins de bruit, de monde, de chaleur. Elle retrouva petit à petit son esprit. Le chauffeur articula quelque chose qu'elle ne put entendre à cause de la musique. Quoi ? Trop tard, elle n'eut pas le temps de lui demander de répéter. Qu'est-ce que je dois faire moi maintenant ? Elle s'assit au comptoir, regardant à droite et à gauche comme pour voir si quelqu'un allait s'approcher d'elle et se présenter. Rien. Je n'aurais pas dû. Le barman s'accouda au comptoir juste devant elle:

    « Une charmante demoiselle,seule ici ? Ah, vous devriez boire quelque chose... et ne pas prendre cet air préoccupé, ça nuit à votre beauté. Allez un cocktail, cela ne vous fera pas de mal ! »

    Elle n'eut même pas le temps de dire quoi que ce soit, et surtout d'avouer qu'elle ne tenait pas l'alcool qu'elle se retrouva directement avec un verre devant elle. Décidément c'est un jour bien étrange. Cela faisait dix minutes qu'elle attendait et elle commençait à jouer avec l'olive de son deuxième verre vide. Ah...il ne viendra pas. J'en suis sûre...L'alcool faisait déjà un peu effet. Elle commençait à avoir chaud.

    Patience. Patience. Tout vient à point qui sait attendre...


________________________________

{* I'am the Queen, not the the shadow's King ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem-no-jiyuu.forumactif.com
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys] Lun 1 Mar - 22:54

Hmm, où vais – je l’invité, le restaurent c’est trop classique. Franchement, j’espère qu’elle va venir. Quel endroit pouvait, pour Noctys Ichihara, être un emplacement satisfaisant pour rencontrer cette chère Tsubasa Sakurada hors de l’école. Je ne sais pas si c’est une bonne idée, mais j’ai vraiment envie de la voir autrement, sans qu’elle m’énerve. Oui oui, sans qu’elle l’énerve. Assez difficile direz – vous, mais c’était le souhait du jeune homme présentement. Il n’avait simplement pas l’habitude qu’une fille lui résiste, ou du moins, qu’elle ne tombe pas à ses pieds. Normalement tout était, si … si facile. Ça l’amusait d’avoir finalement un peu de défi, une « challengeuse » de son niveau. D’un côté plus technique, il devait être imaginatif, trouver autre chose de mieux pour l’attirer dans son piège.

Enfin, piège c’est un grand mot, il ne veut pas la piégé mais l’avoir pour lui. Avarice.

Il était fâché qu’elle lui ait résisté, au point de lancer ses objets partout dans sa chambre. Colère.

Il était jaloux d’elle, qu’elle puisse résisté à ses tentations comme ça. Envie.

Mais il ne pouvait le dire. Orgueil.

Il n’avait pas vraiment envie de lui courir après. Paresse.

Mais son attirance pour les femmes l’y obligeait. Gourmandise.

Son choix d’endroit allait certainement ne pas être banal. Luxure.

Hop, sors le Keitai de sa poche. Il venait d’avoir un super flash, en boîte de nuit. Il avait des contacts dans une superbe, pas très loin. Il allait en profiter pour se trouver une loge VIP et un chauffeur, c’était plus crédible au final. Tout ce qu’il lui restait à faire, c’était de trouvé les mots pour l’intriguer et la rendre nerveuse, les femmes nerveuses étaient plus facile à manipuler. Un soupçon d’intrigue, deux doses d’envie et trois mesures de désir.

Très chère Tsubasa.
J'ai deux entrées pour aller en boîte de nuit demain soir. Je te propose donc de venir avec moi. Il n'y a qu'avec toi que je voudrais passer cette soirée, revêt ta plus belle robe, un chauffeur passera te chercher vers 20 heures 30. J'attends impatiemment cette soirée en ta magnifique compagnie.
Cordialement, Anonyme.


. . . . . . . . . .


Il avait passé la journée à trouver un moyen convenable de se présenter. Il ne faut surtout pas que se soit banal, il faut que sa surprenne, mais pas trop osé. Je dois resté discret. Pour finalement opté pour un moyen relativement simple qui montrait qu’il n’avait pas de mauvaises intentions. C’est plus simple autant pour moi que pour elle, je présume qu’elle ne s’attend pas vraiment à ce que l’invitation vienne de moi. Je dois être carrément hors de son monde si sa se trouve. De toute façon, je compte bien aller dans son compte de fée, toute les princesses ont besoins d’un prince que je sache. Un sourire s’étira sur ses lèvres.

Ding~. Le morceau de piano qu’il faisait jouer dans sa chambre s’arrêta brusquement. Sacré Mozart, lui il savait comment surprendre. Un autre, de Beethoven cette fois, lança quelques petites notes timides avant de partir en grand. Quelques notes timides … l’invitation, le chauffeur, la place VIP. Ensuite l’apparition, qui serait le véritable commencement. Parfait, laissons le théâtre accueillir la première actrice, ensuite l’acteur principal fera son entrée. Ainsi, le scénario est déjà pré inscrit, reste à savoir si les comédiens le joueront à la perfection. Quatre comédiens en tout. La princesse, le prince, le chauffeur et … le barman. Toute la machination était bien organisée, trop bien même pour qu’elle puisse n’y voir que du feu.

Acte un, la plus simple d’entre tous et déjà terminé. Envoyé un message directement sur le Keitai de la princesse pour l’invité à venir danser. Simple, mais pourtant cela avait demandé un minimum d’effort pour trouver les bons mots. Sinon, c’était l’étape la plus cruciale, si elle ne fonctionnait pas, le reste de la pièce serait fichu.

Acte deux, le chauffeur. C’était aussi simple que le Keitai, un petit billet discret dans la poche du chauffeur, un bon montant tout de même, et hop le tour est jouer. Vingt heures trente, c’était l’heure convenue. Une fois qu’il eut communiqué avec le dit chauffeur et approuvé le choix de la voiture, il suffisait de promettre la même somme à la fin pour qu’il accomplisse sa tâche correctement. Aussi il fallait lui imposer le silence sur son employeur et sur la destination. C’était tout aussi simple, un petit billet supplémentaire.

Acte trois, le barman qui devait servir une boisson à la jeune fille malgré qu’elle soit trop jeune. Pas trop fort, apparemment elle ne supporte pas l’alcool. La prise d’information est une chose essentielle dans une pièce de théâtre. Il devait aussi sympathiser avec elle, mais pas trop. Question de ne pas la faire trop attendre. Il le connaissait bien le barman de la section VIP. William c’était son nom, un vieux copain. Il était jeune et charismatique, facilement manipulable. Il lui avait demandé la faveur de s’occuper d’elle un moment, le temps qu’il puisse mettre en place le reste de la pièce. Être réalisateur et acteur, c’était dur au final.

. . . . . . . . . .
Acte Quatre
. . . . . . . . . .


Boum Boum, Boum Boum, Boum Boum. Le stress de la rencontre à venir, car évidemment il avait un peu peur de sa réaction future, faisait battre son cœur aussi rapidement que la musique un peu trop forte que lançait les haut-parleurs de la pièce. Il l’observait depuis déjà un moment qu’elle n’avait pas bougé du comptoir. Deuxième verre déjà. Comme prévu dans son scénario, William lui avait offert deux verres jusqu'à présent. Deux verres qu’elle avait sembler apprécier, ou du moins ne pas détester. Un signe à William suffit pour qu’il cesse de lui en servir de son propre gré et qu’elle doive demander pour en avoir d’autre. Comme prévu elle n’en fit rien, jouant avec l’olive dans son verre.

Comme prévu, la musique changea, plus douce pour les couples. Un sourire s’étirait sur ses lèvres en voyant tout ses gens se réunir sur la piste de danse pour se coller à leur amoureux et danser lentement, susurrant parfois des mots doux à l’oreille de leur partenaire. C’était un spectacle des plus amusants, spectacle dont il allait bientôt faire partit. Il l’espérait du moins. Il n’agit pas rapidement certes, mais il calcule toujours avant. C’est l’une des qualités de Noctys Ichihara, l’homme qui était destinée à devenir roi de ce bas monde. Franchement, le destin était cruel, très cruel. Il avait bien l’intention de replace la place qui lui revenait de droit sur le trône, mais pour ça il avait encore du chemin à faire.

Enfin, le moment présent était important, zigzaguant entre la foule qui somme toute, c’était décidé à ne pas le laisser passer, il se dirigeait vers ELLE. Dans sa robe noir, il devait avouer qu’il la trouvait plutôt jolie, comme toutes les filles finalement. La robe n’était pas courante chez mademoiselle, alors il aurait vue une chose de plus que les autres diraient – ont. La chaleur était accablante, mais comme a dit un certain explorateur inconnu, chaque conquête possède ses dangers. En l’instant présent, il ne pouvait qu’approuver ces paroles. La conquête c’était Tsubasa Sakurada, le danger c’était sa personnalité. Il souriant quand même, on devait toujours garder la tête haute, même en cas d’échec. Suivant les conseils d’une amie à lui, il était allé dans le simple comme habillement pour détendre l’atmosphère. Jeans noir et chemise noire, dont les boutons n’étaient pas tous attaché. Premièrement à cause de la chaleur, deuxièmement car ça le dérangeait un peu de tous les attacher, c’était … agaçant.

Arrivé à proximité, il lança quelque chose qui ressemblait à ça :

- Hey! William, les verres de la miss sur mon compte.

Il entamait son approche, un peu comme un jet qui va un peu trop vite pour atterrir sous la pluie battante, ardue. Il ralentit le pas et glissa ses bras autour de la taille de Tsubasa qui n’avait toujours pas comprit que Noctys était l’anonyme. Il parla directement à l’oreille de celle – ci sans qu’elle puisse se retourner, mais pour qu’elle seul puisse comprendre. Peut – être qu’elle allait le reconnaître au seul son de sa voix, c’était souhaitable pour lui.

- Je suis content que tu sois venu ce soir, je t’attendais. Désolé si j’ai dû te faire attendre très chère, j’avais quelques choses importantes à régler, moins que toi mais qui ne pouvaient attendre. Les gens ne connaissent pas la patience.

Un petit sourire illumina son visage et il pris le siège libre d’à côté, histoire de ne pas trop l’importuner des contacts physique. Il la dévisagea rapidement de haut en bas. En beauté ce soir décidément. Noctys s’étira et s’empara de l’olive dans le verre de Tsubasa, celle qu’elle n’avait pas l’Air d’avoir envie de manger et la glissa dans sa bouche avec son éternelle sensualité, celle qui apparemment ne veux pas quitter ses gestes.

- Tu est en beauté ce soir dit donc, ça me fait plaisir que tu t’aie donné autant de mal pour moi, ou du moins pour une personne anonyme que tu ne connaissait pas, ou du moins que tu croyais ne pas connaître.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~
H.E.A.R.T.L.E.S.S ~

Messages : 731
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 26
Localisation : w o n d e r l a n d.

& Your Virtual Life
► Relationship:
Expérience:
10/500  (10/500)
~ Don: Un peu tout, un peu rien ~

MessageSujet: Re: Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys] Mar 2 Mar - 22:50

    Boum...Boum ?

    Son cœur avait cessé de battre. Mais non elle n'était pas morte, voyons, quelles idées farfelues vous avez là. De battre..pour quelques secondes, seulement. Je sais bien que le choc est rude pour elle mais quand même il y a des limites. Notre jeune héroïne ne va sûrement pas être au bout de ses peines. Oh que non, croyez moi. Il suffit de voir sa réaction avant même d'avoir vu l'anonyme. Elle avait déjà fondé beaucoup trop d'espoir sur cette rencontre. Cela ne pouvais pas marcher, tout le monde le sait. Le coup de foudre au premier regard cela ne marche que dans les contes de fées. Pour capturer une princesse des temps modernes il fallait bien plus qu'un simple regard et surtout bien plus qu'une invitation anonyme dans un club. Mais que croyait-il ce petit joueur ? Qu'elle allait accourir dans ses bras en le voyant, qu'elle allait tomber sous son charme, que la lumière et l'ambiance tamisées allaient la faire tomber amoureuse de lui pour de bon alors qu'elle le côtoie tout les jours en essayant de l'ignorer. Ah les princesses sont drôles..mais les princes prétentieux le sont bien plus encore. Regardez cette petite saynète, qui se déroule. Les trois coup ont été frappé, le rideau se lève: la pièce pouvais réellement débuter...

    Elle n'avait jamais vraiment aimé les olives. Elle continuait à jouer avec pour passer le temps. Personne. Toujours rien. On s'est moqué de moi. Tout ça pour venir jouer avec une olive dans un verre à cocktail vide. C'est dégradant. L'ambiance d'un seul coup se fit plus douce, la musique apaisante. Un slow ? Ah la meilleure. Je suis entourée de couple maintenant. Elle avait furtivement tourné la tête vers la piste de danse. Pleins de couples. Je hais les couples qui me rappelle que suis seule. Je déteste les couples. Je les hais tout court. Il était tous là à s'enlacer et a se dire des « je t'aime » mielleux au creux de l'oreille. Pathétique. Absolument, tout ceci n'était qu'une mascarade. Une petite once de jalousie. Non absolument pas. Je n'ai rien à leur envier. De toute façon être en couple c'est régler des problèmes à deux, qu'on aurait pas, si on était tout seul. Donc non. Oui, très peu pour. Elle pris un renfrognée. La petite souris prise au piège n'était franchement pas contente. L'amener jusqu'ici et la laisser seule en la faisant regarder des amoureux. Elle soupira. Et soudain son cœur cessa. Elle avait comme des papillons dans le ventres. La miss..c'est moi ? Un sourire apparu soudainement sur ses fines lèvres maquillées de rouge. C'est lui ? Il ne m'a pas oublié ! Elle ne s'était pas retournée pour le voir. Partagée entre excitation et appréhension. Boum. Boum. Elle sentit alors la chaleur d'un bras se glisser autour de sa taille. Boum. Boum. Mais..mais ..enfin, déjà si familier ? Elle sentit le souffle chaud de l'inconnu qui lui susurrait quelques mots à l'oreille. Boum. Boum. Elle frissonna à ce contact. Mais soudain, cette petite confidence la ramena à la réalité. Non, ce n'est pas possible...ça ne se peut pas...

    Tout était si bien partit. La dernière partie de ce plan serait sans doute la plus drôle et surtout la plus catastrophique. Le prince n'aurait peut-être pas du partir triomphant sur son beau cheval blanc. De toute façon il ne repartirait pas avec la jolie demoiselle dans son château. La princesse était sans doute plus coriace que prévue. Et peut-être même que dans ce cas là, la princesse et l'odieuse sorcière ne faisait qu'un dans l'histoire. Elle n'allait sûrement pas se laisser faire ainsi notre petite. Oyez, oyez cher spectateurs, l'heure de la sentence a sonné!

    Les mains crispées sur ses genoux, elle n'avait pas bougé. Elle avait entendu l'inconnu s'assoir près d'elle, mais la jeune fille n'osait toujours pas tourner la tête vers son hôte. Je peux pas le croire. Non, ce n'est pas ça. Je vais me retourner vers lui et voir que je me trompe totalement. Oui c'est ça, c'est mon imagination qui me joue des tour, c'est tout. Elle respira un grand coup et fit un grand sourire avant de se retourner vers l'inconnu. Boum. Boum. Son sourire se crispa en un rictus horrifié. Non..je vais me réveiller, dites moi que je rêve...Et oui se il se tenait bien là, fier conquérant, ravi que son plan ait fonctionné: Noctys Ichihara. Elle détourna le regard et fixa un point devant elle, en respirant bruyamment. Non, non, non c'est une erreur. Elle déglutit difficilement. Je me suis torturée l'esprit pendant deux jour, j'ai passé des heures devant un miroir, j'ai pris plus de deux heures pour me préparer, en arrivant j'étais toujours aussi stressée... et tout ça pour quoi ? Pour qui ? Pour lui...Noctys Ichihara ! Ah non je me sens mal. Elle n'osait pas le regarder, de peur d'être trop ridicule. Elle qui s'était si bien habillée pour l'occasion. Quelle honte. Je suis qu'il s'amuse bien à me regarder comme ça. Je suis stupide. Elle regarda l'olive partir de son verre pour rejoindre la bouche du pseudo inconnu. Quel comédien. Même ça il peut pas le faire sans manière. Elle avait tellement envie de lui demander « tu fais toujours autant de cinéma pour une simple olive ? ». Mais elle ne pouvait rien dire, encore trop choquée par la nouvelle qui venait de lui tomber dessus ainsi. Elle se sentait observée, et elle détestait le sentiment de n'être qu'un simple objet qu'on admire. Et là ce fut le drame. Les mots de trop. Tu es en beauté ce soir... ? Mais pour qui il se prend ce dragueur de pacotille ? Je ne suis pas venue parce que c'était lui de toute façon. Elle tapa doucement le comptoir avec son poing. C'est assez...

    Se pourrait-il que notre petite princesse en ait déjà assez et qu'elle veuille mettre fin à la représentation bien plus tôt que prévu. En tout cas il semblerait bien. Un signe d'impatience se lit clairement sur son visage. Elle commence à s 'agiter. Qu'es-ce que je vous avez dit ? Le pire rendez-vous de tout l'univers qui se déroule sous vos yeux. Je sais c'est méchant de le présenter ainsi, surtout après tous les efforts qu'il avait fait pour qu'elle arrive jusqu'ici à se comptoir et qu'elle boivent coup sur coup deux cocktails. Mais que voulez vous, même vous, êtes en train de rire en ce moment précis où je prononce ces mots. Regardez elle va bientôt craquer, la soupape va exploser.
    Je ne voudrait pas être à la place du malheureux prince en ce moment même.

    La musique continuait de jouer sur un air doux. La plupart des personnes présentes essayaient de trouver un cavalier ou une cavalière. Enfin pas tous. Il y avait bien ces deux énergumènes au comptoir qui semblait entouré d'une aura pour le moins étrange, comme tendue et électrisante. N'importe qui se serait approcher de trop prêt aurait sentit ce froid glacial émanant de la jeune fille. Elle ouvrit la bouche. La referma. Elle hésitait. Qu'est-ce que je viens pouvoir dire pour ne pas paraitre trop ridicule. Elle soupira. Ça suffit maintenant, lances-toi ! Il ne t'intimides même pas alors, vas-y, exprimes-toi. Elle entrouvrit les lèvres et prononça ces premiers mots depuis l'arrivée de Noctys. Elle chuchota juste assez fort pour que seul le jeune homme puisse l'entendre:


    « Je ne sais pas ce que tu avais en tête précisément en m'invitant ici. Mais si c'est pour « les affaires ». Nous aurions peut nous retrouver dans un endroit plus conventionnel. Et puis de toute façon, Hiro m'a prévenu, la prochaine réunion aurait lieu bientôt à l'endroit habituel. Donc je ne sais même pas pourquoi tu m'as demandé de venir. En plus tu aurais put me dire que c'était toi... »

    Par « affaires » elle entendait bien sûr « rébellion ».Mais là n'était pas le problème, pas vrai ?Rester calme. C'était la seule chose à faire à présent. Ne pas s'énerver et attendre une réponse de la part de son interlocuteur. Non elle n'avait pas envie d'attendre une réponse. Pas question qu'elle reste en présence d'une personne qui l'avait mené en bateau. Elle se leva précipitamment sans attendre son reste.

    « Désolée mais je n'ai pas vraiment envie de perdre mon temps avec toi. »

    Ça c'était dit. Et cela avait le mérité d'être clair. Un peu dur pour le coup, mais au moins c'était sincère. Elle commença à s'éloigner fièrement, la tête haute, de son « anonyme », mais elle fut stoppée soudainement dans son élan par quelqu'un....

    Pauvre Noctys. Se faire refouler ainsi, aussi froidement. Vous ne trouvez pas cela cruel ? Lui qui avait mit tant de d'énergie à vouloir la séduire. C'était si méchant de la part de la petite princesse. Mais, oui, bien sûr que je plaisante, voyons ! Qui aurait de la compassion pour lui, après tout il l'a cherché non ? Et regardez Mademoiselle T., elle est bien trop fière pour ce genre de chose; Franchement il ferais mieux d'abandonner et de finir sa soirée avec une autre charmante jeune femme docile, prête à répondre au moindre de ces désirs. Le chasseur doit parfois savoir abandonné sa proie et s'attaquer aux plus faibles. Même le lion fait preuve de fainéantise parfois. A moins que...

    Elle sentait une pression sur son poignet. Elle leva les yeux. Devant elle se dressait un homme beaucoup plus grand qu'elle, et surtout beaucoup plus âgé qu'elle. A croire l'odeur désagréable de vodka et de Gin Tonic, il semblait déjà bien éméché. Y en a qui commence tôt apparemment. Elle essaya de se débattre sans rien dire la première fois, avant qu'il ne s'adresse à elle sur un ton excessivement désagréable:

    « Hey...toi, tu es charmante, tu veux venir danser avec moi ? »

    Elle le repoussa, il lui faisait mal. Elle détestait les types dans son genre, et encore plus ceux qui buvait trop d'alcool et qui nuisaient aux autres. Elle le foudroya du regard avant de lancer sur un ton froid:

    « Lâchez-moi. Je ne vois pas pourquoi je danserais avec vous. »

    L'homme ne l'avait pas quitté du regard et semblait renforcer l'emprise qu'il avait sur elle. Elle le continuait de le fixer avec un regard noir quand soudain, elle vit le petit sourire mielleux de l'inconnu disparaître pour laisser place à une expression de colère. Il haussa la voix:

    « Mais pour qui tu te prends ? La princesse veut pas qu'on la touche ou quoi ? Je vois pas pourquoi t'es là alors... Je t'ai dis de venir danser alors arrête tes manières !»

    La main qu'il avait encore de libre glissa le long des hanches de la jeune fille, pour mieux l'attirer vers lui. Elle n'aurait jamais du venir. Elle en était persuadée désormais. La demoiselle le repoussa violemment.

    « Je vous ais dit de me lâcher ! »

    Mais où est le valeureux prince quand on l'attend. Jamais là au bon moment ! Je pense que quelqu'un vient de composer le numéro « SOS Princesses en détresse ». Allô. Allô. J'écoute. Désolée mais la ligne des contes de fées heureux est saturée. Marraine la bonne fée est trop occupée pour l'instant. Rappelez ultérieurement, ou débrouillez vous toute seule. Merci de votre appel et à bientôt. Ils nous ont raccroché au nez. Tout de même, un peu de politesse ça ne coûte rien. Bon et bien: bonne chance princesse !

    Elle vit la main une main se lever vers elle. Il n'oserait pas me frapper...Elle recula d'un pas et ferma les yeux. Non. Au secours...Elle ne voulait pas voir le coup fatal arriver. Frapper une jeune fille sans défense. C'est honteux. Même si celle-ci se trouve fort désagréable avec vous. Soudainement, elle regrettait déjà d'avoir quitter le comptoir aussi précipitamment. Elle aurait du faire plus attention à elle. Ne pas s'habiller de cette manière non plus. Non en fait elle aurait du être chez elle à cet instant. Installer tranquillement un air de musique dans les oreilles et un bouquin à la main. Voilà ce qu'elle aurait du faire à cet instant précis. Que quelqu'un vienne...

    Princesse, princesse. Quand apprendras-tu à devenir raisonnable ? Tu sais très bien que tu ne peux pas t'en sortir toute seule sur ce coup là. Il est temps de voir la vérité en face. La princesse a besoin d'un prince pour la protéger...

________________________________

{* I'am the Queen, not the the shadow's King ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem-no-jiyuu.forumactif.com

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys]

Revenir en haut Aller en bas

Should I Stay or Should I Go ? [PV Noctys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem No Jiyuu  :: Anthalys ~ Quartier Populaire ~ :: Cyber Space ~ :: Music Box ~ -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit